Sommaire
Senior Actu

La Suisse tente de favoriser la participation des travailleurs âgés au marché du travail

Du fait du vieillissement démographique de la Suisse, la participation des travailleurs âgés au marché du travail prendra, à moyen terme, de plus en plus d’importance, comme dans les autres pays. Ainsi, le Conseil fédéral helvète a récemment adopté un train de mesures visant à accroître la participation des seniors au marché de l'emploi.


Le Département fédéral de l’économie (DFE) et le Département fédéral de l’intérieur (DFI) ont donc été chargés de préparer sur ces questions, un projet à mettre en consultation.

Par ailleurs, d’autres mesures doivent être mises en œuvre par le DFE afin d’améliorer les chances des travailleurs âgés sur le marché du travail et d’adapter les conditions d’emploi à l’évolution de leurs besoins dans les domaines : des assurances sociales, de la santé du travail et des aptitudes sur le marché du travail.

Les conclusions des différents groupes de travail sont résumées dans un rapport de synthèse commun.
La Suisse tente de favoriser la participation des travailleurs âgés au marché du travail

1er objectif : obtenir une neutralité des incitations dans la législation sociale

Pour les employeurs et les salariés, le cadre législatif actuel des assurances sociales est tel que la poursuite de l’activité professionnelle, tout comme une réduction du taux d’occupation ou un changement de fonction, présentent des inconvénients et peuvent notamment avoir sur les rentes, des conséquences négatives pour le restant de la vie.

Il faut donc d’une part permettre de mieux tenir compte de l’évolution des besoins au cours de la vie professionnelle et des capacités de travail des travailleurs âgés, sans pour autant entraîner des réductions de rentes et, d’autre part, créer des incitations financières à la poursuite du travail au-delà de 65 ans.

Plusieurs mesures sont envisagées : assouplir le temps de travail, donner la possibilité de prendre une retraite partielle, de toucher ou d’ajourner le versement de la rente et de continuer à assurer le salaire actuel lorsque le salaire baisse à la suite d’un changement de fonction ou d’une réduction du taux d’occupation, éviter les mises à la retraite d’office et permettre de bénéficier de bonifications de vieillesse après 65 ans.

2e objectif : adapter les conditions de travail au vieillissement et améliorer l’état de santé afin de maintenir la capacité de travail et la motivation au travail

Dans de nombreuses entreprises, les conditions de travail n’ont pratiquement pas été adaptées à l’évolution des capacités des travailleurs âgés et les préjugés négatifs et les discriminations restent très répandus.

Ainsi, les principaux objectifs du train de mesures sont les suivants : responsabiliser les seniors en matière de santé et de capacité de travail à partir d’un certain âge ; lutter contre la discrimination et les préjugés envers la vieillesse dans l’opinion publique ; lutter contre la discrimination et les préjugés envers la vieillesse dans les entreprises ; maintenir la santé et la capacité de travail dans toutes les phases de la vie professionnelle.

3e objectif : améliorer les chances des seniors sur le marché du travail

Même si à l’heure actuelle les travailleurs âgés sont moins touchés par le chômage que la moyenne, ils sont souvent confrontés à des difficultés quand ils cherchent un emploi. Dans un futur proche, le pourcentage de seniors dans la population active totale ne fera pourtant qu’augmenter.

Pour qu’à l’avenir l’évolution de la pyramide des âges de la population active puisse favoriser les travailleurs âgés, il faut un développement économique satisfaisant et un marché du travail qui fonctionne bien. Il sera également indispensable de mieux adapter la réinsertion des chômeurs au vieillissement de la population active. Pour cela, une vaste palette de mesures concernant le placement et le marché du travail sera nécessaire.


Publié le Lundi 12 Décembre 2005 dans la rubrique Emploi | Lu 1854 fois