Sommaire
Senior Actu

La Japan Airlines met en place un service d’accessibilité pour personnes âgées

Afin d’améliorer les services proposés aux passagers seniors et handicapés, la compagnie aérienne japonaise Japan Airlines (JAL) vient de mettre en place dans une quarantaine d’aéroports nippons, une équipe de 290 employés destinés à venir en aide et assister les personnes à mobilité réduite.


Face à l'arrivée massive de cette nouvelle cohorte de seniors, les constructeurs d'avion, les compagnies aériennes et les sociétés qui gèrent les aéroports vont devoir progressivement s'adapter et proposer des services adéquats à cette clientèle.

En effet, avec l'avancée en âge, ces voyageurs ne se déplacent plus aussi facilement –aussi bien à terre que dans les airs. Or, l'architecture des aéroports et les équipements des avions ne sont pas réellement adaptés à l'accueil de ces passagers vieillissants.

Dans ce contexte, la compagnie nationale du plus « vieux » pays du monde cherche des solutions visant à venir en aide aux passagers à mobilité réduite. La Japan Airlines vient donc de mettre en place une équipe de 290 personnes dans 42 aéroports, destinée à venir en aide aux voyageurs âgés et/ou handicapés. Ce staff a été spécialement formé et leurs acquis ont été « certifié » par une association à but non lucratif (Nippon Care-fit Service Association). Une seconde équipe d’une cinquantaine de personnes devrait être prête « pour le service » d’ici mars 2008.

Ces employés parlent anglais de manière à pouvoir venir en aide à des clients étrangers, ce qui semble la moindre des choses dans un aéroport... Ils portent également des badges qui doivent permettre aux passagers de les identifier facilement.

Ce nouveau service de la JAL, visant principalement un public senior ou handicapé, a cependant été conçu sur le principe du Design Universel. Il s’agit en fait d’une approche non-ghettoïsante permettant de mettre en place des produits ou des services utilisables par tous, sans distinction d’âges.

Cette aide proposée par la JAL illustre bien la nécessaire adaptation du transport aérien à une clientèle vieillissante. Face aux nombreuses difficultés rencontrés par les seniors dans les avions et dans les aéroports, certains décident de ne plus emprunter la voie des airs. Quand c'est possible, ils privilégient le train et dans les cas plus difficiles, ils cessent tout simplement de voyager… .../...
La Japan Airlines met en place un service d’accessibilité pour personnes âgées

Principales difficultés rencontrées par les seniors dans les aéroports et les avions

Principales difficultés rencontrées par les seniors dans les aéroports et les avions

En ce qui concerne les infrastructures aéroportuaires, dans certaines villes (Miami par exemple), il faut parfois plus d'une demi-heure pour se rendre d'un bout à l'autre d'un aérogare. De plus, la signalisation des panneaux d'orientation n'est pas toujours très claire. Or, les personnes âgées –surtout lorsqu'elles sont encombrées de bagages- avancent moins vite. Il leur faut donc beaucoup plus de temps pour atteindre la porte d'embarquement de leur vol. Il arrive même que certains aînés loupent leur avion, notamment lors des correspondances, où les délais sont souvent très courts.

Toujours au sol. Avec l'augmentation de la sensibilité des appareils de détection, il est conseillé aux personnes qui portent des implants métalliques (au genou, à la hanche, …) de demander un certificat médical à leur médecin, afin de ne pas avoir de problèmes avec les services de sécurité.

Dans les airs, les personnes âgées ne sont pas mieux loties. L'accès aux appareils n'est pas toujours aisé. A l'intérieur, l'exiguïté des lieux ne facilite pas les déplacements et les sièges sont trop étroits et rapprochés. Or certains aînés doivent aller régulièrement aux toilettes, d'autres ne supportent pas trop longtemps la station assise, etc.

Pourtant, depuis quelques temps, des efforts commencent à être faits

La société Boeing, par exemple, est parfaitement consciente qu'elle doit s'adapter au vieillissement des passagers. « Si rien n'est fait maintenant, nous risquons de nous retrouver avec plus de la moitié de la population qui ne pourra plus voyager nulle part » indique l'un des responsables. A terme, les avions devront donc être capables de répondre aux besoins des voyageurs seniors ou devenir « age friendly » comme disent les anglo-saxons.

Boeing travaille donc avec des techniciens et des ergonomes à l'adaptation de ses prochains appareils. A l'instar de l'industrie automobile, les ingénieurs portent des lunettes qui simulent des déficiences visuelles et un « costume » qui gène les mouvements, les déplacements et reproduit les problèmes d'arthrite. Une fois équipés, les testeurs rentrent dans un avion et essaient de trouver leur place, de ranger leurs bagages, de régler l'aérateur ou de se mouvoir dans les toilettes. L'idée étant d'appréhender et de lister les problèmes auxquels les seniors peuvent être confrontés une fois installés dans l'appareil.

Aux Etats-Unis, depuis un an environ, les aérogares sont de plus en plus souvent équipés de chaises roulantes. Comme l'indique l'un des responsables de ce service à l'aéroport de La Guardia de New York, « parfois sur un vol de trois cent personnes, on nous commande une trentaine de chaises roulantes ». En effet, elles ne sont pas uniquement destinées aux personnes qui ne marchent plus mais aussi aux seniors qui rencontrent des difficultés à se déplacer sur de longues distances. Face à la montée en puissance de cette demande, dans certains aéroports (Newark, Cleveland, Houston), la compagnie Continental propose désormais des mini karts électriques qui peuvent transporter plusieurs personnes à la fois.

Mais les services à bord commencent à évoluer, eux aussi. Certaines compagnies proposent un service d'oxygène médical en vol et acceptent en cabine, les animaux dressés pour aider leur maître, à condition qu'ils restent aux pieds de ce dernier. D'autres ne posent plus de problèmes pour accueillir gratuitement les chaises roulantes personnelles, les aides à la marche ou autres outils d'assistance.

Pour les personnes âgées fragiles ou désorientées, il existe maintenant chez Northwest, un programme d'assistance pour adulte similaire à celui créé il y a des années pour les enfants voyageant seuls. Un accompagnant reste avec le voyageur pendant toute la durée du trajet : passage de la sécurité, embarquement, transfert et arrivée à destination. Il faut compter environ 80 euros par voyage.


Publié le Vendredi 23 Février 2007 dans la rubrique Transports | Lu 5103 fois