Sommaire
Senior Actu

La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable

Après avoir laissé fin 2009 la Belle de l’Adriatique à Sharm El Sheik en Egypte, sur les eaux bleu profond de la Mer Rouge, nous retrouvons avec plaisir ce beau navire de 110 mètres de long dans le port de Dubrovnik en Croatie, prêt à embarquer pour une croisière de huit jours. En tout, 412 miles nautiques (soit 762 km) le long des côtes sud du pays : Mljet, Korcula, Sibenik, Trogir, Split, Hvar, Vis et enfin, les bouches de Kotor au Montenegro. Un périple inoubliable qui permet de découvrir, par petites touches, les plus beaux endroits de la Dalmatie. Carnet de voyage.


La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable
L’arrivée en avion sur Dubrovnik permet d’admirer ce paysage unique en Méditerranée, constitué d’une côte bordée par les îles et îlots de Kornati qui semblent comme arrachés au continent…

Dans les années 30, Georges Bernard Shaw, l’écrivain anglais, évoquait « des larmes » pour décrire cet archipel : « les dieux voulurent couronner leur œuvre et le dernier jour, des larmes, des étoiles et du souffle de la mer, ils créèrent les îles Kornati » au nombre de 365. Une pour chaque jour de l’année.

Lors de l’approche sur l’aéroport, lorsque l’avion survole le port de Dubrovnik (si vous êtes situé près du hublot sur la gauche de l’appareil) vous pourrez admirer la silhouette caractéristique de la Belle de l’Adriatique... qui attend votre arrivée à bord.

Après un rapide passage en douane et une petite demi-heure de car, vous découvrez enfin le bateau qui va vous accompagner le long des côtes dalmates et au cœur des bouches de Kotor au Montenegro. Pendant huit jours, trois couleurs vont dominer votre périple : le bleu du ciel et de la mer Adriatique, le vert des pins et des cyprès et l’ocre des tuiles qui recouvrent les bâtisses des villages.

Jour 1 : Dubrovnik (vendredi)

Après une première nuit à dormir sur le bateau qui reste à quai, le début de votre aventure en Croatie (Hrvatska en croate) peut commencer. Démarrage par l’une des plus belles cités de Méditerranée : Dubrovnik, la « perle de l’Adriatique ».

Ville-musée classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Ville médiévale aux pavés polis par les ans (parfois même un peu glissants). Ville-port, qui pendant des siècles fut le dernier refuge des marins avant d’affronter la haute mer. Ville-mélange d’influences : mariage mixte entre Venise, la Turquie et les pays slaves.

Profitez de la visite (payante) organisée par Croisitour pour découvrir cette ville qui s'étend face à la mer, au pied d'une chaîne montagneuse calcaire aux contours déchiquetés. L'ancienne cité de Raguse est renommée pour ses remparts datant de l'époque médiévale, pour ses nombreux édifices préromans, gothiques, de la Renaissance et baroques.

Après une petite introduction sur l’histoire de la ville -devant les deux Fontaines d'Onofrio (1438 et 1441)-, la visite démarre par le couvent des Dominicains (1225) avec son cloître gothique aux baies trilobées préservant un paisible jardin d'orangers et de palmiers et son extraordinaire musée d'art sacré et tableaux de valeur dont le triptyque de Nikola Bozidarevic représentant Dubrovnik avant le grand séisme de 1667 ; puis se poursuit avec le palais du Recteur, jadis le siège du gouvernement, aujourd'hui transformé en musée, et enfin avec la cathédrale sur la place Marin Drzic, rebâtie entre 1672 et 1713 sur les ruines d'une église romane.

Après la visite guidée, le retour à bord est prévu pour le déjeuner. Cependant, vous pouvez continuer à découvrir la ville par vos propres moyens. Dégustez un délicieux risotto de fruits de mer sur le port et faites le tour des remparts (compter une bonne heure – 1.940 mètres de long). Ensuite, prenez le téléphérique qui vous mène tout en haut d’un promontoire d’où vous bénéficiez d’une vue fantastique sur la ville. Le retour à bord est prévu dans la soirée. Comptez dix euros pour revenir en taxi.

« Ceux qui recherchent le paradis sur terre devraient absolument se rendre à Dubrovnik » disaient l’écrivain anglais Georges Bernard Shaw en 1929. Il avait grandement raison…
La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable

Aqua Maritime

Vous croiserez dans toutes les villes que vous visiterez pendant votre croisière, une enseigne croate baptisée Aqua Maritime. De jolies boutiques toutes blanches qui proposent des tongs (aux couleurs de la Croatie), des robes, t-shirts, polos à rayures marines, des accessoires de plage, des maillots de bain et des petits gadgets souvenirs.

Certes, c’est plus cher qu’ailleurs, en revanche, c’est également plus joli et de meilleure qualité. Laissez-vous donc séduire. Les tongs pour les petits budgets (15 euros), sinon, le maillot de bain (40 euros) pour monsieur et le sac de plage (50 euros) pour madame.

La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable
Jour 2 : Mljet (prononcer miette) et Korcula (samedi)

Après une navigation de nuit, la Belle de l’Adriatique arrive sur l’île de Mljet vers 9 heures. Située entre l'île de Korcula et Dubrovnik, c'est l'une des plus belles îles de l'Adriatique.

Sa particularité : ses deux lacs intérieurs d’eau salée, le Malo Jezero et le Veliko Jezero. Vous rejoignez l’île dans les canots de sauvetage, expérience amusante pour une excursion facultative !

Départ de Pomena à pied pour une promenade d’une bonne demi-heure. Et 126 marches plus tard, vous atteignez un petit embarcadère d’où vous prenez un petit bateau à fond plat qui vous transborde sur un îlot qui se trouve au milieu du Veliko Jezero ; là où se dresse un monastère bénédictin du XIIe siècle de style roman. Maintes fois remanié (le maréchal Tito en avait fait sa résidence d’été), il arbore désormais une architecture renaissance et baroque.

Puis retour au bateau, déjeuner à bord, pendant que la « Belle » vous mène vers l’ouest, vers Korcula. Arrivée vers 14h. Visite guidée facultative. C'est exclusivement à pied que vous découvrirez cette petite ville très tranquille. Vous visiterez la Cathédrale St Marc (1420), preuve de l'habileté des tailleurs de pierre et du talent des sculpteurs de l'époque. Vous remarquerez son somptueux portail flanqué de deux lions, oeuvre du milanais Bonino.

Ensuite, n’hésitez pas à déambuler dans les petites rues de la vieille ville de Korcula et remarquez son astucieux plan « en arêtes de poisson » conçu au XIIIème siècle. Mesdames, si vous aimez les colliers de turquoise, de lapis lazulli ou de corail, la rue principale regorge de petites bijouteries ! A noter que les habitants de l’île sont persuadés que Marco Polo est né à Korcula… D’où un musée et quelques boutiques dédiées au célèbre navigateur. Le bateau repart dans la soirée après un spectacle de danses régionales organisé dans un théâtre du centre-ville.

La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable

Jour 3 : Sibenik et les chutes de Krka (prononcer Kirka) – (dimanche)

Une belle matinée de navigation : vous longez les îles de Hvar, Brac et la ville de Split. Ne manquez pas, en fin de matinée, l’approche de Sibenik. Placez vous à la proue du bateau pour admirer le paysage et le passage du navire qui slalome entre terre et mer avant d’arriver au port.

Déjeuner à bord ou en ville (à vos frais). Deux déplacements sont prévus au cours de ce troisième jour. Vers 14h, une visite guidée des chutes de Krka. Rapide voyage en car. La Krka coule sur 73 km depuis sa source près de Knin jusqu'à l'Adriatique qu'elle rejoint à Sibenik. La rivière s'élargit, forme un lac avant de se resserrer à nouveau au Skradinski Buk. C'est à ce niveau que le site est le plus beau : l'eau rebondit en cascades sur dix-sept bancs de travertin qui se succèdent sur une courte distance. Ce parc national recense 860 espèces végétales, dix-huit espèces de poissons (dont dix endémiques) et 222 espèces d’oiseaux !

Puis retour en ville en fin d’après-midi pour une visite guidée de la vieille ville de Sibenik. Au cours de cette promenade vous découvrirez l'héritage culturel mais aussi la vie actuelle de la plus ancienne cité slave de l'Adriatique. Baladez-vous dans le centre historique avec son lacis de ruelles des XVe et XVIe siècles ; arrêtez-vous pour visiter la Cathédrale St Jacques entièrement bâtie en pierre (ne pas rater les 71 têtes sculptées qui ornent l’un des murs extérieurs. Travail exécuté par Georges le Dalmate). S’il vous reste un peu de temps, grimpez à la Citadelle Saint-Michel (entrée payante) pour bénéficier d’un magnifique point de vue sur la ville mais également sur la côte qui s’étend sous vos yeux.
La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable

Cet hiver, la Belle de l’Adriatique croisera dans l’archipel des Canaries

De décembre 2011 à mars 2012 : huit jours, six îles. Un itinéraire inédit et exclusif. Un voyage au cœur des parcs nationaux, à la découverte de Ténériffe, Lanzarote, La Grande Canarie, El Hiéro, La Palma et La Gomera

La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable
Jour 4 : Trogir et Split (lundi)

Une fois encore, l’équipage descend les chaloupes tôt le matin ! Hop, embarquement pour la petite île-village de Trogir, classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1997. Trogir est un véritable petit joyau. Vous y découvrirez la superbe Cathédrale St Laurent (XIIIe siècle).

La rue la plus « longue », celle qui traverse le village de part en part, ne fait pas plus de… 750 enjambées. Baladez-vous également dans les ruelles labyrinthiques émaillées d'escaliers et de passages voûtés. N’hésitez pas à repasser sur le continent. De l’autre côté des ponts (il y en a deux), vous découvrirez un petit marché aux couleurs locales. Des fruits, des légumes, de l’huile d’olive et du bon pain chaud. Avant de remonter sur le bateau (pour une navigation vers Split), dégustez un petit café sur la Riva.

La Belle de l’Adriatique repart et longe la côte Dalmate. L’arrivée à Split est prévue vers 15h (faites fi des banlieues bétonnées et des zones industrielles que vous apercevez en arrivant). Deuxième ville de Croatie par sa taille (près de 200.000 habitants), cette grande cité historique est le coeur de la Dalmatie centrale. Elle est principalement connue pour le palais que Dioclétien se fit construire à l'écart de la grande ville de Salona. C'est ensuite une agglomération médiévale qui a cerné le palais et s'est développée tout autour. Profitez de la visite guidée (facultative) qui vous mènera de la Trumbiceva Obala (Riva), vaste promenade sur le bord de mer jusqu’au fameux palais de Dioclétien. Ne pas manquer le fameux Péristyle et ses 24 colonnes ainsi que la Cathédrale et le mausolée de Dioclétien.

La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable
Jour 5 : Hvar… de paix et tour de… Vis (mardi)

Arrivée à Hvar dans la matinée… L’île la plus ensoleillée de Croatie. L’île de la lavande, mais aussi de la jet-set ! Un petit village qui n’est pas sans rappeler Saint-Tropez. D’ailleurs on retrouve sur le port, un bar branché aux initiales de B.B ! Dépassez les quais et les terrasses de cafés pour parvenir à la place principale : Trg Svetog Stjepana (Saint-Etienne). Celle-ci est classée parmi les plus grandes et les plus anciennes places de Dalmatie.

Ensuite, vous ne manquerez pas de visiter la Cathédrale Saint-Etienne avec son campanile. Cet édifice a été construit aux XVIe et XVIIe siècles sur les fondations d'une cathédrale primitive détruite par les Turcs. En longeant le port, vous poursuivez vers le monastère franciscain datant du XVe siècle. La visite vous permettra de découvrir son cloître (avec un cyprès vieux de 300 ans !) et son réfectoire exposant des dentelles, des monnaies, des cartes maritimes et des livres rares et une très belle Cène de huit mètres de long.

N’hésitez pas à vous « perdre » dans les ruelles de Hvar, vous pourrez y dégoter quelques souvenirs et cadeaux à ramener en France, notamment dans l’une des boutiques du port. Vous y trouverez de jolis petits phares en bois décorés aux couleurs de la Croatie (bleu, blanc ou rouge) mais également des petits poissons peints en plâtre… Un seul regret : le passage à Hvar est trop court. La matinée est déjà terminée et il est déjà temps de reprendre la mer. Direction Vis.

L'arrivée dans l’île dalmate la plus occidentale -et la moins connue car longtemps fermée au tourisme- est prévue vers 14h. C’est un peu juste pour effectuer le tour de Vis, mais vous avez tout de même devant vous une bonne partie de l’après-midi pour découvrir cette petite perle de l’Adriatique : des paysages intacts et une côte déchiquetée abritant de nombreuses criques et grottes. Là encore, prenez le temps de vivre, d’admirer le paysage, dégustez un expresso sur le port. Puis faites une promenade le long de la côte avant de rejoindre le bateau. Le départ est prévu dans la nuit en direction de Kotor.

La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable
Jour 6 : Kotor et retour à Dubrovnik (mercredi)

L’arrivée à Kotor se fait dans la matinée. Les bouches de Kotor sont insolites. Elles font partie des trente plus belles baies au monde et du patrimoine mondial de l’Unesco. La mer y pénètre sur plusieurs kilomètres (29 km), formant de multiples baies aux eaux calmes que sillonnait autrefois une marine puissante. L'abondance des pluies et la douceur du climat dans cette baie expliquent la luxuriance de la végétation.

Dès l’arrivée dans les bouches, montez vous installer sur le pont « soleil » à l’avant du bateau. Vous serez alors aux premières loges pour admirer ce paysage absolument somptueux (qui n’est pas sans rappeler les fjords norvégiens !). Juste avant de débarquer sur Kotor, la Belle de l’Adriatique croise au large d’une île minuscule qui a tout juste la place d’accueillir un monastère.

Une fois en ville, vous avez la possibilité de suivre une petite visite guidée ou de vous promener tranquillement dans les ruelles de ce village médiéval du Montenegro… très romantique. A visiter la cathédrale Saint Tryphon (IXe siècle) et si vous avez le courage -et des jambes suffisamment vaillantes- grimpez tout en haut de la forteresse construite sur le mont Saint-Jean. Comptez une bonne heure aller-retour sans trainer. Le point de vue y est époustouflant ! Toutefois, ne loupez pas le retour au navire prévu vers 16h… Car déjà, nous arrivons au bout du voyage…

La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable

Le retour vers Dubrovnik s'effectue dans la soirée. Après quelques heures de traversée vous retrouvez la Perle de l’Adriatique. Profitez de la soirée libre pour faire une dernière promenade dans les rues de cette ville si attachante malgré les hordes de touristes. Ne rentrez pas trop tard, car le lendemain, le réveil est prévu aux aurores.

Il est alors temps de quitter ce bateau si attachant. Les membres de l’équipage vous attendent en bas de la passerelle. L’émotion est palpable. Certains ont vécu leur première croisière et quittent le bateau avec les larmes aux yeux. D’autres le connaissait déjà, mais n’en n’ont pas moins le cœur gros. Une chose est sûre… Il est temps de partir et de songer au prochain voyage. Encore avec la Belle de l’Adriatique ? Aux Canaries ? Tiens, c’est une idée ça… Mais ceci est une autre histoire !
La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable

La Belle de l’Adriatique

La Belle de l’Adriatique est le premier bateau maritime de la compagnie CroisiEurope. Lancé en 2007, ce navire affiche 110 mètres de long et 12.8 mètres de large.

Il est équipé de 100 cabines tout confort (salle de bain-douche-toilette, télévision écran plat, Internet, mini coffre-fort) donnant toutes sur l’extérieur. A noter que la Belle de l’Adriatique dispose d’une chambre pour personne à accessibilité réduite. Le bateau peut emporter 200 passagers et 50 membres d’équipage. Il dispose d’un grand salon-bar-dancing, d’un piano-bar, d’une grande salle de restaurant, d’un pont « soleil » doté de transats, de deux jacuzzis et d’appareils de remise en forme.

Que ceux qui sont sujets au mal de mer se rassurent. La Belle de l’Adriatique est un bateau relativement stable. En effet, en cas de mer agitée, houleuse, il est équipé de deux stabilisateurs latéraux qui permettent au navire d’être moins secoué par les vagues et le vent.

En terme de taille, ce navire s’apparenterait plus à un grand yacht qu’à l’un de ses immenses bateaux de croisière qui ressemblent à de grands complexes hôteliers sur l’eau. Avec ses 110 mètres de longueur, il conserve une « taille humaine » qui lui permet, de surcroit, de réaliser des itinéraires côtiers et d’accoster dans des ports de moindre dimension.

La Belle de l’Adriatique croise actuellement en Croatie sur la mer Adriatique, mais elle sera cet été en Grèce et l’hiver prochain aux Canaries. Mais ceci est une autre histoire…
La Belle de l’Adriatique : de Dubrovnik aux bouches de Kotor, une croisière inoubliable

Infos pratiques

CroisiEurope
12 rue de la Division Leclerc
67000 Strasbourg
Tél numéro Indigo : 0 825 333 777
Site Internet CroisiEurope

Office national croate de tourisme
48 avenue Victor Hugo
75016 Paris
Tél : 01 45 00 99 55
Email : infos.croatie@wanadoo.fr

A partir de 1.399 euros (ajouter env. 200 euros pour les excursions).

Formalités : Carte nationale d'identité ou passeport en cours de validité obligatoire. Les ressortissants hors UE sont priés de consulter leur ambassade ou leur consulat.


Publié le Jeudi 2 Juin 2011 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 7997 fois