Sommaire
Senior Actu

LEEM : lutter contre la iatrogénie médicamenteuse des seniors (partie 2)

Les Entreprises du médicament (LEEM) vont lancer en mai prochain un grand programme de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse chez les seniors. Pour ce faire, ils vont fédérer l’ensemble des acteurs de santé (médecins, pharmaciens, acteurs de la protection sociale…) en vue d’améliorer les pratiques d’utilisation des médicaments. Et de réduire les risques d’accidents chez les ainés…


LEEM : lutter contre la iatrogénie médicamenteuse des seniors (partie 2)
Un sondage sur la « perception de la consommation de médicaments par les seniors » a été réalisé à la demande du LEEM par l’Institut Français des seniors : en tout, 3.173 personnes de plus de 50 ans ont été interrogées entre le 23 et le 29 mars 2015. Voici donc les principaux résultats.
 
Une population globalement en bonne santé mais…

- près de deux tiers des + 50 ans vont globalement bien

- mais la moitié d’entre eux affirme avoir des petits soucis de santé de temps en temps

- 37 % avouent devoir se surveiller régulièrement ou souffrir d’une maladie chronique. Chez les plus de 75 ans, sans réelle surprise, ce taux augmente, pour atteindre 42%.
 
…très consommatrice de soins et de médicaments…

- Six seniors sur dix ne consultent que leur généraliste, mais près de la moitié des + 75 ans voient un spécialiste en plus d’un généraliste. En premier lieu, un cardiologue ou un ophtalmologiste.

- 71% des + 50 ans prennent des médicaments une ou plusieurs fois par jour, contre 86% des + de 75 ans. Et cela, depuis plus de dix ans dans la moitié des cas. Ils en prennent 4 en moyenne par jour.

- Les seniors ont une image largement positive des médicaments et de leur utilité.
 
Des seniors lucides…

- 19% reconnaissent qu’il leur arrive d’oublier de prendre leur médicament

- 16% concèdent qu’il leur arrive d’arrêter un traitement par eux-mêmes

- 2% avouent qu’il leur arrive de se tromper de dose ou de les confondre.
 
…confiants dans leurs professionnels de santé, prêts à revoir leur consommation médicamenteuse

- 90% accepteraient que leur médecin révise leur ordonnance pour vérifier sa pertinence ; et même, pour 51%, à chaque visite

- contrairement aux idées reçues, les seniors accepteraient volontiers qu’une consultation ne se termine pas systématiquement par une ordonnance : seulement 2% y verraient un manque d’attention à leur souffrance

- 74% suivraient de façon certaine le conseil de leur pharmacien s’il leur recommandait de ne pas prendre tel ou tel médicament susceptible d’entraîner un effet nocif sur les autres.

Responsables de santé publique et soucieuses du bon usage des médicaments qu’elles mettent à la disposition des populations, notamment les plus fragiles, les Entreprises du Médicament s’engagent à partir du mois de mai prochain dans la lutte contre la iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées.
 
Cet engagement, pris en accord avec le ministère de la Santé figure dans la Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2015. Il s’inscrit dans un programme d’actions mobilisant l’ensemble des acteurs de la chaîne du médicament (Industriels, Médecins, Pharmaciens, Acteurs de la protection sociale, Editeurs de logiciels d’aide à la prescription), déployé en quatre volets :

Sous forme d’inserts publicitaires et de communiqués dans la presse Grand Public sur le thème « les médicaments vous veulent tous du bien mais ont parfois du mal à vivre ensemble », relayés par la presse mutualiste (Mutualité Française) et des instituts de retraite et de prévoyance. Sous forme de leaflets et d’affiches à destination des pharmacies et des salles d’attente des médecins
 
Des mesures d’aide à la prescription. Par le développement de logiciels d’aide à la prescription permettant d’identifier l’ensemble des médicaments prescrits quelles que soient leurs sources et de détecter les prescriptions inappropriées et les interactions médicamenteuses
 
Un conseil pharmaceutique renforcé. Par la détection des interactions à partir du Dossier Pharmaceutique et par un outil de sensibilisation des équipes officinales aux signes d’alerte (« mémo iatrogénie»)
 
L’évaluation des modifications des comportements de prescription, de suivi et de consommation des médicaments à travers le suivi d’indicateurs de résultats.

​La campagne de communication en quelques mots

Lancement mi-mai 2015.

Elle se traduira pour le Grand Public par la diffusion des documents suivants :

- Une annonce publicitaire « Les médicaments sont là pour vous aider mais... ils ont parfois du mal à vivre ensemble » dans la presse grand public

- Cette annonce sera reprise sous forme d’affiche visible dans les salles d’attente des médecins généralistes et dans les pharmacies.

- Un livret de 8 pages « Le guide du bon usage des médicaments » inséré dans les principaux titres de la presse grand public et mis à la disposition des patients dans les salles d'attente. Ce guide apporte une information pédagogique et ludique sur la iatrogénie médicamenteuse sous la forme de messages de prudence et d’alertes mais aussi de jeux tels que des vrais/faux et des "Quizz" et enfin de témoignages de patients, de médecins et de pharmaciens. En bonus : une fiche à découper et à garder précieusement « les 10 conseils pour éviter les accidents médicamenteux »
 
Tous ces documents sont téléchargeables sur www.leem.org

LEEM : lutter contre la iatrogénie médicamenteuse des seniors (partie 1)


Publié le Jeudi 16 Avril 2015 dans la rubrique Santé | Lu 4583 fois