Sommaire

L'ostéopathie : une thérapie naturelle qui s'adresse à tous

Permettre aux Français de partir à la rencontre des ostéopathes de France et mieux comprendre ce qu’est l’ostéopathie. C’est le but de la journée Portes ouvertes des ostéopathes de France, qui se déroulera le 22 juin 2017. L’objectif de ce rendez-vous est de faire découvrir au grand public la spécificité de l’ostéopathie et ses bienfaits. Une thérapie naturelle qui s’adresse à tous.


Pratique responsable, exercée dans le respect de principes éthiques, l’ostéopathie est une médecine complémentaire qui s’appuie sur des manipulations manuelles, pour soulager et guérir un large champ de troubles fonctionnels susceptibles de toucher le corps humain, à tout âge de la vie.
 
Elle « s’emploie à déterminer et traiter toutes les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps » définit Dominique Blanc, praticien et président d’Ostéopathes de France.
 
Comme toute thérapie manuelle, elle repose sur une approche globale. Le corps et l’esprit forment un tout indissociable. De même, structures et fonctions de l’organisme sont interdépendantes. « Chaque partie du corps est reliée aux autres par du tissu conjonctif » explique Dominique Blanc.
 
Dès lors que la membrane de ce tissu est soumise à des tensions en un point du corps, quelles qu’en soient l’origine, il peut entraîner des symptômes en cascade et à distance : « toute perte de mobilité au niveau d’un viscère, d’un muscle, d’une vertèbre ou d’une attache ligamentaire peut ainsi entraîner un déséquilibre (et des douleurs ou un dysfonctionnement) à un autre endroit du corps » détaille le praticien.
 
Si l’ostéopathie ne prétend, ni ne peut soigner ou guérir des maladies organiques, elle agit sur tous ces déséquilibres fonctionnels, qui non traités, se traduisent en de nombreux symptômes douloureux ou handicapants. L’ostéopathie peut ainsi traiter tous les grands systèmes du corps : orthopédique et locomoteur (entorses, tendinites, lombalgies, dorsalgies, scolioses..), neurologiques (névralgies intercostales, faciales), cardiovasculaire (troubles circulatoires des membres inférieurs, palpitations), digestif (ballonnements colites) ORL et pulmonaire (sinusites, vertiges, migraines, bronchiolites..), costalgies, cervicalgies, périarthrites de l’épaule, douleurs articulaires, sco-lioses, pubalgies) et neurovégétatif (hypernervosité, stress, spasmophilie, troubles du sommeil).
 
Tout l’art de l’ostéopathe est avant tout de repérer les axes de tension qui affectent le tissu conjonctif. D’où l’importance du bilan, sur lequel s’ouvre toute consultation. Le praticien procède en deux étapes. « L’interrogatoire approfondi du patient est capital, pour savoir qui il est » souligne Dominique Blanc. Le praticien l’interroge bien sûr sur ce qui l’amène en consultation, répertorie ses antécédents médicaux et traitements en cours.
 
Pour avoir une idée de son état général il s’enquiert des éventuelles maladies familiales, « et passe en revue l’ensemble des systèmes de son corps (ORL digestif, cardiovasculaire, etc.), mais aussi sa vie. On l’interroge aussi sur ses habitudes (alimentaires, activité sportive), son entourage (social, professionnel, familiale), afin de connaître son état émotionnel. »
 
Guidé par cet interrogatoire, l’ostéopathe peut alors poser ses mains sur le corps du patient, pour poursuivre le diagnostic avant toute manipulation. « Pas de magie là-dedans » sourit Dominique Blanc : « C’est une perception très fine que l’on acquiert par l’apprentissage et la pratique. Appuyer les mains nous permet de sentir les axes de tensions tissus conjonctifs sous la peau ».

​Les grandes dates de l’ostéopathie

1874 / L’américain Andrew Taylor « invente » l’ostéopathie et en pose les bases. Rompant avec la pratique médicale de l’époque, il est convaincu que le bon fonctionnement du corps dépend de l’équilibre entre ses fonctions et ses structures.
1920 / L’ostéopathie est introduite en France.
2002 / La loi du Droit des malades, dite Loi Kouchner, reconnait un statut officiel à l’ostéopathie. A l’heure actuelle huit autres pays européens reconnaissent également cette profession et l’ont réglementée.
2007 / Parution des premiers décrets d’application qui définissent la profession.
2014 / Nouveaux décrets qui définissent un référentiel métier et compétences et un référentiel formation qui modifie substantiellement le nombre d’heures de formation à l’ostéopathie.

A cette occasion, les professionnels membres d’Ostéopathes de France ouvriront leurs cabinets pour proposer des bilans ostéopathies gratuits aux patients. L’ostéopathe utilise exclusivement des techniques manuelles, qui s’adressent et s’adaptent à tous, nourrisson, enfant, adulte ou personne âgée. Comme toute thérapie manuelle, sa pratique, responsable, oeuvre dans le respect de principes éthiques, et repose sur une approche globale de l’individu.
 
L’ostéopathie s’appuie sur une approche systémique du corps humain, qui forme un tout, par l’interdépendance des liens anatomiques, physiologiques, biomécaniques, neurologiques et vasculaires. Elle prend également en compte l’intégralité de la personne, les origines de ses troubles, son environnement, affectif, social, professionnel.

Publié le Vendredi 26 Mai 2017 dans la rubrique Santé | Lu 3874 fois



Commentez cette information