Sommaire
Senior Actu

L'orthodontie permet de nos jours des interventions réalisées à des âges de plus en plus tardifs

Alors qu’ont lieu actuellement à Paris les 32èmes Entretiens de Garancière, organisés sous l’égide de l’Association de l’Ecole Odontologique, revenons sur quelques interventions dentaires qui permettent aux quinquas et plus de ne pas avoir honte de montrer leurs dents et donc… de garder le sourire !


On a souvent tendance à croire que l’orthodontie, cette spécialité médicale qui permet de corriger les malpositions dentaires et les malformations de la mâchoire, afin de redonner une dentition fonctionnelle et esthétique, est réservée aux enfants.

Or, il faut savoir que certaines interventions se déroulent à l’âge adulte. « A cette période de la vie, la motivation repose pour une grande part sur l'esthétique », estime Pascal Garrec, maître de conférence et praticien hospitalier. Vers les 40/50 ans, une personne peut constater un décalage, des malpositions ou des usures dentaires.

Dans ces cas là, et « pour obtenir un sourire synonyme de bien-être », le patient consultera un orthodontiste qui prendra en compte toutes ces malocclusions* pour lui redonner, avec d'autres praticiens, de belles dents et une bonne fonction.

Quand faire appel à ce spécialiste : si les articulations de votre mandibule vous gênent parce qu'elles se bloquent ou parce qu'elles sont douloureuses. En cas de maladie parodontale (atteinte de l'os qui soutient la dent) qui entraîne la mobilité et le déplacement des dents qu'il faut repositionner avant de les maintenir par un système de contention (on relie les dents entre elles par un fil métallique ou par collage). Sinon, elles risquent de continuer à bouger (se déchausser).

Vous pouvez également consulter un orthodontiste dans le cas de remplacement de dents par une prothèse fixe (tenon, bridge, implant). Ce peut être par exemple parce que la personne a attendu plusieurs années avant la réalisation de la prothèse. Le vide laissé par la ou les dents absentes a entraîné une mobilité des autres dents, qui ne sont plus maintenues. Ou parce que les dents, mal placées, rendent la réalisation du bridge difficile, voire impossible. Ce peut être aussi pour égresser une racine saine qui est trop à ras de l'os et de la gencive.

Par ailleurs, en cas de syndrome d'apnée du sommeil, ces brefs arrêts respiratoires au cours de la nuit qui entraînent une somnolence de jour, l'orthodontiste peut être amené à réaliser un appareil. Il s'agit de gouttières dites de propulsion, qui abaissent et avancent la mandibule pour dégager les voies respiratoires pendant la nuit.

« Les âges de traitement changent et les techniques de traitement évoluent avec la connaissance et le développement de nouveaux matériaux. L’orthodontie peut prévenir peut-être, guérir sûrement, à condition que le diagnostic soit bien posé et la thérapeutique adaptée » conclut Pascal Garrec.

(*) Malocclusion ou mauvaise occlusion : les dents du bas et du haut ne s’emboîtent pas correctement.
L'orthodontie permet de nos jours des interventions réalisées à des âges de plus en plus tardifs


Publié le Mercredi 20 Septembre 2006 dans la rubrique Santé | Lu 9084 fois