Sommaire
Senior Actu

L’industrie agro-alimentaire doit s’adapter au vieillissement de la population

A l’occasion de la parution en décembre dernier, de projections démographiques de la population canadienne qui indiquaient que d’ici 2015 le nombre d'aînés seraient plus élevé que celui des jeunes, Richard Loreto, spécialiste des tendances démographiques et de leurs conséquences sur la consommation, déplore que l’industrie agro-alimentaire ne se préoccupe pas suffisamment du marché des seniors.


« Je ne pense pas que les géants de cette industrie s’intéressent réellement à la question du vieillissement de notre société » indique-t-il en préambule dans un article de Canadian Press. Pourtant, selon ce spécialiste, l’arrivée massive de consommateurs seniors va affecter de nombreux secteurs économiques et l’agro-alimentaire en particulier.

Il faut que les industriels se tournent vers le futur et adaptent leurs stratégie en fonction de l’évolution de la société. Même si actuellement, le marché des seniors reste encore relativement confidentiel, dans dix ou vingt ans, ses parts de marché seront nettement plus importantes.

Et M. Loreto de souligner l’inadaptation des grandes surfaces : les personnes âgées sont intimidées par le gigantisme des hypermarchés, leur inaccessibilité, par conséquent, ces dernières se tournent vers les petits magasins de proximité, plus chers mais plus pratiques. Par ailleurs, de nombreux packaging ne sont pas adaptés aux problématiques seniors (difficulté de préhension, ouverture compliquée, polices de caractère difficiles à lire,…). Tout un ensemble de petits détails qui mis bout à bout détournent les aînés de certaines marques.

Ce spécialiste considère par exemple, que des plats préparés de qualité, livrés à domicile en même temps que le reste des courses est une véritable « opportunité de business, car en vieillissant, nous n’aspirons pas uniquement à une meilleure offre de produits et de services, mais nous avons aussi les moyens de nous les offrir ». Il considère en effet que les nouvelles générations de seniors sont plus à l’aise financièrement que celles de leurs aînés, et qu’elles pourront se permettre ce type d’achats. Si actuellement, il s’agit encore d’un marché de niche, avec l’arrivée massive d’octogénaires dans les prochaines années, ce secteur d’activité devrait avoir un bel avenir devant lui.
L’industrie agro-alimentaire doit s’adapter au vieillissement de la population

Richard Loreto estime par ailleurs que c’est une erreur de toujours considérer les baby-boomers nés durant l’après guerre, et dont les plus anciens fêtent leur soixantième anniversaire cette année, comme radicalement différents des autres personnes âgées. « On croit à tort que les boomers sont plus dans le vent, sont plus cools, mais eux aussi, comme leurs parents, auront des problèmes de santé. Je suis désolé, mais cette génération n’est pas immunisée contre les ennuis cardiaques, contre le diabète ou l’arthrite » ajoute Loreto, âgé de 56 ans.

Enfin, il souligne qu’il ne faut pas oublier qu’avec l’augmentation de la proportion des seniors dans la population, la consommation risque de diminuer, « par contre ils vont acheter des produits de meilleure qualité. Ils vont privilégier le poisson frais par rapport aux poissons panés, par exemple ».

Et de conclure, que désormais, des personnes âgées devront être intégrées dans tous les focus groupes, qu’il s’agisse de produits alimentaires, des questions de livraison, d’emballage ou d’accès au magasin.


Publié le Vendredi 6 Janvier 2006 dans la rubrique Nutrition | Lu 6447 fois