Sommaire
Senior Actu

L’horloger suisse Hublot emploi 10% de seniors pour assurer les transferts de compétences

Afin de faire face au manque de main d’œuvre qualifiée, mais également afin d’assurer la transmission du savoir-faire de ses horlogers expérimentés aux jeunes arrivants, la marque de montres suisses haut de gamme Hublot conserve au sein de ses salariés 10% d’ouvriers âgés de 65 ans et plus. Un choix stratégique pour une entreprise en pleine expansion.


Dans de nombreux domaines d'activités –et notamment dans l’horlogerie-, la transmission du savoir-faire de génération en génération est devenue problématique.

Afin de faire face à cette situation, Jean-Claude Biver, patron à l’origine de la renaissance de la marque Hublot, conserve et/ou (ré)embauche un certain quota d’ouvriers ayant l’âge de la retraite.

Ainsi, sur les 70 employés de cette manufacture helvète, 10% ont plus de 65 ans… Et ce taux devrait encore augmenter. Jean-Claude Biver estime que les débutants ont tout à apprendre des anciens. « Ils ne doivent pas les considérer comme des concurrents, mais plutôt comme des alliés » affirme le chef d’entreprise dans un article du magazine suisse Migros.

De fait, parmi son personnel senior, on trouve –entre autre- : un responsable de production (en place chez Hublot depuis 22 ans qui n’avait « aucune envie d’arrêter » et qui forme son successeur) ; un responsable des ventes Moyen-Orient (qui connaît bien la mentalité de cette région du monde et qui possède une solide expérience dans le domaine horloger) ; ou encore, un retraité expert dans la construction d’une manufacture horlogère (qui supervise la mise en place de la nouvelle usine de la marque). .../...
L’horloger suisse Hublot emploi 10% de seniors pour assurer les transferts de compétences

Pour Jean-Claude Biver, les aînés possèdent un savoir-faire utile à son entreprise. « Soit elles utilisent leurs compétences dans l’opérationnel, soit elles transmettent leurs connaissances à des plus jeunes ».

« En fait, indique par ailleurs M. Biver dans une interview accordée au quotidien Lacote.ch, l'âge de la retraite a été fixé à une époque où l'espérance de vie était beaucoup plus courte. Pour moi, les retraités sont des jeunes gens bourrés de savoir-faire. Et puis, à relève égale en nombre, on a aujourd'hui un manque de personnes qualifiées, puisque la production horlogère augmente. Mais je suis bien content que quelqu'un laisse partir ces retraités pour que je puisse les reprendre. Ce qui est grave, c'est que c'est moi et non les grandes entreprises qui aie dû y penser ».

De leur côté, les retraités affirment ne pas travailler pour l’argent :au-delà de la passion de leur métier, s’ils continuent, c’est que leur santé le leur permet.


Publié le Mercredi 4 Juillet 2007 dans la rubrique Emploi | Lu 8962 fois