Sommaire
Senior Actu

L’homme qui jeûne de Belinda Cannone : refuser son humanité


« Vous avez du mal à porter tout ça, hein. » On ne sait pas trop bien de quoi elle parle. Des packs de bouteilles d’eau qu’elle vient de lui apporter ou de quelque chose de plus subtile, de plus enfouis… ?
L’homme qui jeûne de Belinda Cannone : refuser son humanité

Comme quelque chose qui voudrait dire une fois pour toute : "Non". Oublier jusqu’à sa propre existence. Faire taire l’humanité qu’il a en lui. Ne plus ressentir la vie comme « un grouillement de l’éphémère ». Plier la bête de son corps. Le vide… Ah le vide…

Si encore il n’y avait que cela, la haine de soi, mais il y a beaucoup plus : la haine de son humanité. « (….) Nous t’avons mis au monde pour que tu endosses notre humanité, notre fureur de persévérer dans l’être. » Eh bien, c’est non !

Dans un récit profond et sombre, le narrateur dit son refus. Cet égaré dans le chaos du monde mène son angoisse avec lucidité. Il en réinvente le temps, jour après jour, minute après minute et tente de rompre la régularité des cycles. Echappera t-il à l’éternel retour des choses, lui qui est obsédé par cette phrase qui lui revient : « Avez-vous été heureux ? Je commence à l’avoir été » ?

Le questionnement en forme de lutte, parfois d’abandon, est suffisamment maîtrisé pour que le lecteur le partage. Et si lui aussi décidait de ne plus manger…

L’homme qui jeûne
Belinda Cannone
Ed. de l’Olivier
235 pages
18 euros


Publié le Lundi 8 Janvier 2007 dans la rubrique Culture | Lu 1076 fois