Sommaire
Senior Actu

L’entraide intergénérationnelle est indispensable mais doit mieux être prise en compte (Etude suisse)

Une étude suisse intitulée « Soigner, garder et payer », réalisée par la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales (COFF) présentée cette semaine, montre que la majorité des soins prodigués aux personnes âgées le sont par des membres de la famille, état de fait, qui devrait être mieux reconnu, estime cette organisation.


« La politique familiale a rarement considéré jusqu’ici les différentes phases de la vie. Elle se concentre le plus souvent, assez naturellement, sur les « jeunes familles », autrement dit sur la période durant laquelle les parents soignent et élèvent leurs enfants, de la naissance à l’indépendance. Mais c’est oublier que les familles fournissent aussi plus tard des prestations irremplaçables pour la société, au nombre desquelles il faut compter les soins apportés aux proches et la garde des petits-enfants par les grands-parents » indiquent en préambule les auteurs de cette étude.

Et de préciser qu’il s’agit précisément « de ces prestations et des conditions de vie des familles dans les phases tardives de l’existence dont s’occupe » cette étude réalisée par la COFF.

Ce rapport souligne ainsi, qu’environ un quart des plus de 50 ans et un tiers des 65/79 ans fournissent des prestations non rémunérés en dehors de leur propre ménage. Comme dans la plupart des autres pays, ce sont les femmes qui sont davantage engagées que les hommes dans ce domaine. En 2004, en Suisse, la valeur de ces services a été estimée à l’équivalent de 164.6 millions d’heures, dont 100 millions concernaient la garde des petits-enfants. .../...
L’entraide intergénérationnelle est indispensable mais doit mieux être prise en compte (Etude suisse)

Mais s’il est vrai que les grands-parents aident les parents à garder les enfants, de plus en plus d’enfants de 50/60 ans sont aussi en charge de leurs père et/ou mère âgés(ées) qui entrent dans la dépendance. Ainsi, ce rapport estime que 70 à 80% des prestations de soins aux aînés sont fournies par des membres de la famille.

Mais, toujours selon la COFF, ce « réseau d’aide familiale a toutefois ses limites ». Elle souligne par ailleurs que les services publics (soins ou repas fournis à domicile) restent insuffisants. Elle recommande donc aux milieux politiques d’envisager la possibilité d’indemniser les aidants familiaux par des allocations familiales ou des avantages fiscaux, comme cela existe déjà dans le canton de Fribourg et même en Espagne.

D’autre part, afin d’éviter l’isolement des personnes âgées, cet organisme préconise la promotion de modèles d’habitat intergénérationnel.

L'étude « Soigner, garder et payer » est éditée par la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales COFF,
Berne 2006, 120 p.


Publié le Vendredi 23 Juin 2006 dans la rubrique Société | Lu 2985 fois