Sommaire
Senior Actu

L’âge est une réalité métisse, chronique par Serge Guérin

L’âge est un marqueur secondaire de nos identités : les parcours de vie sont de plus en plus individualisés et jouent au moins autant que la génération ou le capital social.


Regardons la sortie des écoles : deux parents du même âge viendront l’un chercher son fils et l’autre sa petite-fille. Le premier a des questionnements qui le rapprochent de tous jeunes parents, qu’ils aient 20, 30 ou 40 ans, l’autre s’inscrit dans des problématiques liées à son rôle de grand-père.

Ici, ce n’est pas l’âge qui réunit les personnes mais leur situation de famille, leur style de vie, leurs espoirs et leurs contraintes. Il y a plus en commun entre deux chômeurs séparés par une différence d’âge de 30 ans, qu’entre deux jeunes, l’un passant de CDD en file d’attente à l’Anpe et l’autre salarié dans une grande banque disposant d’une quasi garantie d’emploi et d’un CE particulièrement généreux…

Si chacun peut avoir des âges différents, c’est aussi parce que nous ne sommes plus dans une relation binaire : un temps pour apprendre, un temps pour appliquer les connaissances acquises et un temps pour les oublier… .../...
L’âge est une réalité métisse, chronique par Serge Guérin

En somme, l’âge est métis. Richard Lefrançois* explique ainsi que déclin et croissance peuvent coexister. Je peux me réaliser mieux alors même que je décline par certains points.

Un sportif de haut niveau trouvera peut-être son accomplissement dans une autre activité : artistique, économique ou autre, alors que ses forces déclinent. Du sportif moyen se révélera un entraîneur d’exception ou un président de club charismatique.

Décidemment l’âge est une notion de plus en plus floue et évolutive. Ainsi la théorie de l’âge cognitif nous dit que chacun, après ses 25 ans, tend à s’imaginer plus jeune qu’il n’est. Selon Denis Guillot, nous nous rajeunirions de 15 à 19 ans…

Et si justement l’âge cognitif, celui que l’on ressent ne marquait pas notre âge véritable ? Puisque biologiquement et socialement nous vieillissons moins vite, il se peut que l’âge d’Etat civil soit de plus en plus déconnecté de notre âge réel… Les barrières d’âge sont des frontières sociales qui doivent se confronter à l’évolution des mentalités et des réalités. La norme de l’Etat civil n’est pas plus intangible que celle que chacun se donne. Le regard sur soi ou le regard de l’autre n’ont-ils pas autant de valeur ?

Serge Guérin
Professeur à l’ESG
Auteur du Grand retour des seniors, Eyrolles

* Lefrançois Richard, Les nouvelles frontières de l’âge, Les Presses de l’Université de Montréal, juin 2004


Publié le Lundi 30 Avril 2007 dans la rubrique Chroniques | Lu 3526 fois