Sommaire
Senior Actu

L’accueil des personnes âgées en psychiatrie durant l’été : un défi sanitaire de premier plan

« De 20 à 25% des personnes âgées sont prises en charge l'été dans certaines cliniques psychiatriques, contre 10% le reste de l'année » rappelle dans un communiqué l’UNCPSY*. Une réalité que veulent rappeler les cliniques psychiatriques de France. La période estivale est en effet souvent liée au farniente, au plaisir et à la quiétude. Malheureusement, cette période de l’année peut être aussi synonyme de solitude, d’angoisse et de souffrances psychiques, en particulier, chez les personnes âgées. Comment assurer leur prise en charge psychiatrique durant la période estivale, notamment au mois d’août où les familles sont en congés, les services de psychiatrie et les structures d’accueil type CMP fonctionnent au ralenti, voire ferment leurs portes ?


L’été et les pathologies des laissés pour compte

« Nous notons une hausse sensible d’admission de personnes âgées durant l’été, explique le docteur Alain Nicolet de la clinique Pen an Dalar (Bretagne) et vice-président de l’UNCPSY. Elles représentent jusqu’à 25% de nos patients contre 8 à 10 % le reste de l’année. Beaucoup de pathologies de l’humeur liées à l’isolement peuvent en effet resurgir durant l’été chez le sujet âgé ».

Même constat à la clinique du château de Longues-Aygues située dans le Tarn-et-Garonne. « Avec les congés estivaux et la fermeture des établissements, les patients sont envoyés par leur médecin généraliste là où il y a de la place, donc dans les cliniques privées », note de son côté Gérard Bourrat, dirigeant de la clinique. « Les personnes nous sont aussi adressées par les familles qui ne peuvent en assurer la garde ou qui souhaitent s’octroyer une pause dans leur obligation de prise en charge quotidienne. On fait donc tout notre possible pour les accueillir. Nos équipes sont un peu débordées car nos établissements sont pratiquement toujours pleins à cette période de l’année et ce surcroît d’activité se fait à un moment où il est difficile de fonctionner avec un effectif complet mais notre organisation tient le coup ! »

Assurer un bon encadrement

Une prise en charge qui demande des savoir-faire et des équipes spécifiques. « Les personnes âgées sont souvent tributaires d’une perte d’autonomie. Aussi, nous devons créer les conditions optimales de leur accueil, ce qui nécessite des aménagements particuliers et une surveillance accrue tant sur le plan de l’alimentation, de l’hydratation et de l’hygiène », poursuit Alain Nicolet.

Un accompagnement qui se prolonge au-delà du séjour dans l’établissement. « Nous nous assurons qu’une fois sortie, la personne sera suivie et entourée sur son lieu de vie ou de prise en charge, » explique encore Gérard Bourrat.

« Nous travaillons avec trois coordinateurs de soin qui gèrent les relations avec les autres organismes en cas de problèmes, de besoin d’information ou de besoin du suivi du patient. On s’organise également pour que la personne puisse bénéficier d’une aide à domicile et un service de portage de repas », renchérit Alain Nicolet.

« Les cliniques psychiatriques de France aident à faciliter le retour de la personne âgée dans son milieu de vie habituel en travaillant avec les partenaires sociaux et notamment les maisons de retraite » assure le communiqué de l’UNCPSY.

Une capacité d’accueil qui a ses limites

« Assurer un surplus de prise en charge de population en souffrance est un vrai défi sanitaire qui a un coût » remarque l’UNCPSY.

« Maintenir le panel des activités proposé durant l’été pour offrir les mêmes conditions d’accueil à l’ensemble de nos patients conduit à des surcharges de travail pour notre personnel », explique Denis Reynaud, secrétaire général de l’UNCPSY.

Or, le prix de journée actuel ne nous permet pas de couvrir le coût des soins dispensés au patient, et encore moins de recruter des savoir-faire au même tarif que dans le public. Une situation qui va s’aggravant quand on sait que le coût de prise en charge des personnes âgées est plus élevé en raison des spécificités que cela implique en termes de personnels soignants, d’aménagements, d’équipements…

« A terme, cette situation risque de poser de graves problèmes d’encadrement des patients et de sécurité de personnels. Mais on ne peut tout de même pas ne pas apporter une réponse aux personnes en souffrance ! », s’insurge Denis Reynaud. « Une fois de plus, nous assumons une mission de service public sans en avoir la reconnaissance ! Quand le Gouvernement se décidera-t-il enfin à débloquer davantage de moyens pour la psychiatrie ? Nous le répétons : nous sommes prêts à relever les défis sanitaires d’aujourd’hui et de demain mais encore faut-il nous en donner les moyens, le plus gros problème restant les autorisations d’ouverture de lits supplémentaires ! »

D’autant qu’avec la longévité de la population, la prise en charge psychiatrique des personnes âgées est un défi sanitaire qui devrait aller crescendo…

*Espace d’échange et de réflexion sur la prise en charge de la santé mentale et son devenir, l’UNCPSY, syndicat affilié à la Fédération de l’Hospitalisation Privée, concourt à la performance continue et homogène des 160 cliniques psychiatriques de France. Au cœur des enjeux de santé, ce syndicat professionnel œuvre également à représenter les cliniques psychiatriques privées et à garantir leurs missions de santé publique dans le système global de la psychiatrie.

Pour aller plus loin, lire aussi :
Quand l’hôpital devient un centre de vacances pour personnes âgées…, chronique de Nancy Cattan


Publié le Mercredi 19 Août 2009 dans la rubrique Social | Lu 4353 fois