Sommaire
Senior Actu

L’UFCS réalise une étude sur l’emploi des seniors…et recherche des témoignages

L’Union Féminine Civique et Sociale (UFCS) a décidé de s’attaquer aux stéréotypes « générationnels », aux clichés de l’âge « mûr » de manière à modifier les représentations et permettre de changer les mentalités vis-à-vis de l’emploi des seniors. Dans cette optique, elle réalise actuellement une étude menée à la fois auprès de recruteurs et auprès de demandeurs/ses d’emploi de 50-55 ans, financée par l’Union européenne et soutenue par la HALDE.


« Quand âge et sexe se combinent pour freiner l’emploi, comment lutter contre les stéréotypes de cette double discrimination ? ». Partant du constat que si l’égalité est inscrite dans les textes elle reste bien souvent absente dans les faits, l’UFCS a lancé une réflexion nationale sur les clichés sexistes qui imprègnent nos choix et que femmes et hommes véhiculent et transmettent le plus souvent inconsciemment à leur entourage pour tous les champs de la vie.

L’UFCS a donc décidé de s’attaquer également aux stéréotypes « générationnels », aux clichés de l’âge « mûr » pour modifier les représentations et permettre le changement des mentalités qui là aussi sont des sources de résistances majeures au changement des pratiques et donc à l’emploi des quinquagénaires, femmes et hommes.

L’objectif global de ce projet –financé par l’Union européenne et soutenu par la HALDE- est de combattre et déconstruire les stéréotypes liés à l’âge combinés aux clichés sexistes, facteurs de discrimination à l’emploi, voire d’exclusion et de précarité.

La discrimination concernée est double : celle rencontrée par les « seniors » (les 50-55 ans) demandeurs/ses d’emploi ; croisée avec la discrimination spécifique de genre. L’enjeu étant de permettre le changement des mentalités face à l’emploi des seniors et notamment des femmes. .../...

« Notre action vise à promouvoir l’employabilité des personnes de plus de 50 ans, d’une part en diffusant de l’information qualitative sur les représentations culturellement construites et d’autre part, en produisant un outil pédagogique de sensibilisation aux discriminations dues à l’âge et au sexe et de réflexion sur les préjugés et stéréotypes sous-jacents, qui doit faciliter l’accompagnement du changement » indique Sylvia Di Luzio, chargée de mission du projet Halde pour l'UFCS.

Pour ce faire, l’UFCS réalise actuellement une étude pour laquelle elle cherche à qualifier les préjugés individuels et les représentations sociales qui pèsent sur les « quinquas » et rendent leur retour à l’emploi bien plus difficile que pour la classe d’âge des 25-49 ans. « Nous voulons mettre à jour les résistances des acteurs mais aussi les bonnes pratiques individuelles et collectives » précise encore Sylvia Di Luzio.

Et d’ajouter « nous croiserons cette analyse avec le critère du sexe : est-ce que l’âge est une problématique qui se pose et qui s’explique de la même manière pour les femmes et pour les hommes ? Nous adopterons l’approche par genre : peut-on et doit-on traiter cette discrimination de l’âge à l’identique ? Les conséquences individuelles et sociales sont-elles similaires ? L’âge est-il une discrimination qui supplante la différence de genre, voire l’efface ou au contraire voit-il son pouvoir d’exclusion se renforcer par la cumulation des critères discriminants ?... »

Plus concrètement, cette étude sera menée à la fois auprès de recruteurs et auprès de demandeurs/ses d’emploi de 50-55 ans. Elle se fera par le biais d’entretiens individuels d’une heure trente avec 28 DRH représentatifs des employeurs français (privé, public, grande entreprise, petite et moyenne entreprise, secteurs industrie, services, artisanat, bâtiment, social). Mais également par le biais d’interviews* de 56 demandeurs/ses d’emploi par groupes mixtes de confrontation, principalement d’Ile de France.

*Pour les personnes prêtes à témoigner, sachez que les entretiens sont des entretiens de groupe d'une durée de 3 heures. Ils se dérouleront chez Initial, bureau d’études, 71 rue du Faubourg St Antoine dans le 11ème (Métro Bastille) e seront rémunérés à hauteur de 30 euros pour dédommagement. Tél : 01-44-54-50-64

L’outil pédagogique
Cette étude doit permettre de concevoir un outil pédagogique de sensibilisation à la problématique de l’âge telle qu’elle peut être vécue en tant qu’homme et femme vivant dans la société française, ainsi qu’à l’accompagnement du changement des mentalités.

L’outil s’inspirera des démarches participatives et coopératives de l’éducation populaire, son mécanisme sera ludique et interactif. Nous bénéficions aujourd’hui d’une très longue expérience du jeu d’animation pédagogique et nous avons produit des outils et des modules de formation ayant fait leurs preuves sur le champ des discriminations sexistes et de la promotion de l’égalité Femmes/Hommes.

Cet outil vise à « convaincre » les professionnel-le-s de l’emploi, du recrutement et de la formation, de la nécessité de changer leurs pratiques et pour cela de passer par un travail préalable sur les stéréotypes et les représentations individuelles et collectives ; il doit également leur permettre de mettre en place des actions de sensibilisation à destination de leurs publics et de leurs salariés-e-s.

Le colloque de diffusion des résultats
Il s’agit d’une opération de mobilisation des professionnels du recrutement, de l’emploi et de la formation continue qui sera organisée en fin d’action.

Ce colloque sera l'occasion de médiatiser les résultats de la recherche et la pertinence de l’outil produit afin de les porter à la connaissance du plus grand nombre. Il sera accompagné d’une large campagne de communication via nos réseaux, notre site Internet et par mailing pour faciliter la poursuite de notre démarche de changement des mentalités et des pratiques dans les trois années qui suivront l’action.

Le colloque sera à la fois l’aboutissement du projet et le tremplin vers 2008 qui doit être l’année de la dissémination de l’outil en France, de la mise en œuvre d’actions pédagogiques de sensibilisation et d’information et de la démultiplication de la démarche pédagogique de changement des mentalités par les partenaires.

Une stratégie de développement sur les 3 années qui suivront l’action sera élaborée avec les partenaires du comité d’orientation.

Créée par des femmes, reconnue d'utilité publique depuis 1947, l’association UFCS (600 bénévoles) vise à faire évoluer les mentalités et les comportements afin de construire une société plus juste et plus responsable, où chacun a sa chance par un questionnement, une remise en cause des idées reçues, une réflexion partagée ; par des échanges sur le terrain avec nos divers publics grâce à des supports d'information et de connaissance ludiques et interactifs ainsi que des actions de formation ; et enfin, par des actions de lobbying.


Publié le Vendredi 11 Mai 2007 dans la rubrique Emploi | Lu 7380 fois