Sommaire
Senior Actu

L'Ontario oeuvre pour la prévention de la maltraitance des personnes âgées

Des experts venus de tout l'Ontario (Canada) et d'autres compétences se sont réunis récemment lors de la conférence annuelle de l'Ontario sur le mauvais traitement des personnes âgées pour s'entretenir de moyens novateurs d'arrêter les agressions et les actes de négligence envers les aînés.


« Les mauvais traitements à l'égard des personnes âgées peuvent avoir lieu au domicile, dans un établissement ou dans la collectivité. Les responsables de ces mauvais traitements sont souvent des membres de la famille, des amis, du personnel ou des personnes qui occupent une position de confiance ou d'autorité », a déclaré en préambule le M. Jim Bradley ministre délégué aux Affaires des personnes âgées dans l’Ontario. Et d’ajouter que « Notre gouvernement est décidé à faire la lumière sur cet important problème et à encourager les Ontariennes et les Ontariens à se mobiliser pour défendre les droits des personnes âgées. »

Le thème de la conférence de cette année était « Un Ontario sans maltraitance des personnes âgées... Une incursion dans l'avenir ». Différents conférenciers, venus de tout le Canada, ont présenté à un public de 350 personnes (seniors, bénévoles, services sociaux, aides-soignants, etc.), des approches communautaires qui se veulent « novatrices » en matière de prévention des mauvais traitements à l'égard des seniors.

« Nous ne tolérerons pas les individus qui maltraitent les personnes âgées vulnérables ou qui en profitent », a remarqué Michael Bryant, Procureur général de l'Ontario. « C'est avec plaisir que j'appuie cette conférence (…), particulièrement utile pour les professionnels et les bénévoles en les aidant à contribuer plus efficacement aux efforts déjà considérables des collectivités locales. »
L'Ontario oeuvre pour la prévention de la maltraitance des personnes âgées

Stratégie de l’Ontario pour prévenir la maltraitance des personnes âgées

La Stratégie ontarienne de prévention des mauvais traitements à l'égard des personnes âgées a été lancée en mars 2002 pour susciter une prise de conscience et protéger les aînés vulnérables. Dotée d’un budget de 4.3 millions de dollars canadiens (3.17 millions d’euros), cette politique a été mise au point avec les conseils des secteurs privé et public, grâce à la Table ronde sur la prévention des mauvais traitements à l'égard des personnes âgées. Les éléments clés de cette stratégie quinquennale comprennent la coordination de services communautaires, la formation du personnel de première ligne et la sensibilisation du public aux mauvais traitements à l'égard des personnes âgées.

Consultantes régionales sur la prévention des mauvais traitements à l'égard des personnes âgées

Les consultantes régionales sur la prévention des mauvais traitements à l'égard des personnes âgées sont des ressources clés pour les collectivités de toute la province. Elles fournissent également leur aide aux comités et aux réseaux de prévention de la maltraitance des seniors, renforcent les partenariats entre ces comités, facilitent et entreprennent des initiatives d'éducation et de formation destinées aux professionnels, aux bénévoles et aux personnes âgées, et favorisent le partage de l'information entre les professionnels et les bénévoles qui s'occupent de aînés victimes de mauvais traitements. Elles sont également responsables de l'élaboration de protocoles modèles sur des questions comme le partage de l'information entre les fournisseurs de services travaillant avec des personnes âgées victimes de mauvais traitements.

Qu'entend-on par mauvais traitements à l'égard des personnes âgées ?

La maltraitance à l'égard des seniors est le plus souvent un acte ou une omission qui nuit à une personne âgée ou qui met sa santé ou son bien-être en danger. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit les mauvais traitements à l'égard des aînés comme un acte unique ou répété, ou l'absence de mesures appropriées, qui se produisent dans toute relation au sein de laquelle le sentiment de confiance attendu est source de préjudice ou de détresse pour la personne âgée.

Ces maltraitances peuvent être infligés au domicile de la personne, dans un établissement ou au sein de la collectivité. L'exploitation financière est de loin la forme la plus répandue de
mauvais traitements à l'égard des personnes âgées, suivie de la violence psychologique et physique et des actes de négligence.

Quelques chiffres concernant la maltraitance des personnes âgées

Selon une étude de Statistique Canada (La violence familiale : un profil statistique 2000) :

-On estime entre quatre et 10% le nombre des personnes âgées victimes de mauvais traitements en Ontario.
-68% des personnes âgées qui ont déclaré avoir subi des violences physiques ont indiqué avoir été agressées par un membre de leur famille.
-Quand l'agresseur est désigné comme un membre de la famille, il s'agit le plus souvent d'enfants adultes (42%) ou de conjoints (31%).
-38% des femmes âgées ont déclaré avoir été victimes de mauvais traitements contre 18% des hommes âgés.
-9% des hommes âgés ont déclaré avoir été victimes d'exploitation financière ou de violence psychologique comparé à 5% des femmes âgées.


Publié le Mercredi 1 Mars 2006 dans la rubrique Divers | Lu 10335 fois