Sommaire
Senior Actu

L'Hebdomedic's, un nouvel appareil qui aide les seniors à prendre leurs médicaments

On évoque de plus en plus l’arrivée des nouvelles technologies dans l’aide au maintien à domicile des personnes âgées. Une jeune société de Haute-Savoie (74) commercialise ainsi un nouveau produit, l’Hebdomedic’s, qui aide les aînés à prendre leurs médicaments sans les oublier mais aussi sans se tromper. Entretien avec Cathy Gatto, de la société LC-Santé.



Avant de nous parler de votre nouveau produit, pouvez vous nous présenter la société LC Santé ?

Cathy Gatto - LC-Santé est une société de Haute-Savoie (74) créée par un industriel de St Pierre en Faucigny en 2002. Ce dernier, confronté à un problème de prise de médicaments par une personne âgée de sa famille, et ne trouvant rien sur le marché correspondant à son attente, a conçu l’Hebdomedic's, en suivant un cahier des charges élaboré par des professionnels de la santé de son entourage (infirmière, pharmacien, généraliste, neurologue et laborantin).

Depuis avril 2004, la société a été reprise par Mr Dussaix, industriel de la Vallée de l’Arve, spécialisé dans les produits de haute technologie. LC Santé, installée maintenant à Scionzier (74) ne fabrique qu’un seul produit : l’Hebdomedic's, que l’on décline dans une gamme de trois modèles.

Le malade est alerté toutes les minutes pendant 45 minutes par un flash lumineux, une sonnerie et un message vocal tant qu’il n’a pas pris sa médication. Il est impossible pour les patients de mélanger, oublier ou manipuler leurs médicaments. La programmation de l’appareil se fait simplement, par l’infirmier ou le proche parent, en suivant les consignes vocales émises par l’appareil.

Justement, pouvez-vous nous parler de l’Hebdomedic’s. Quel est le concept et comment fonctionne-t-il ?

L'Hebdomedic's, un nouvel appareil qui aide les seniors à prendre leurs médicaments
CG - L’Hebdomedic’s est un concept innovant permettant de sécuriser la prise de médicaments en apportant un confort et une autonomie d’une semaine au patient. Il s’agit en fait d’un plateau de 28 compartiments (soit quatre prises maximum par jour sur sept jours). Ce plateau pivote est vient se positionner devant une trappe qui se déverrouille à la bonne heure, le bon jour et sur la bonne dose.

Au préalable il est nécessaire d’avoir mis en place les médicaments. Lorsque c’est fait, le couvercle se verrouille de façon automatique et grâce à son code secret, seul l’infirmier pourra accéder aux doses. A chacune des heures de prise, il est possible d’enregistrer un petit message de consigne pour que le patient prenne correctement son traitement, comme par exemple : « attention, ce cachet se prend à jeun ! ».

Le malade est alerté toutes les minutes pendant 45 minutes par un flash lumineux, une sonnerie et un message vocal tant qu’il n’a pas pris sa médication. Il est impossible pour les patients de mélanger, oublier ou manipuler leurs médicaments. La programmation de l’appareil se fait simplement, par l’infirmier ou le proche parent, en suivant les consignes vocales émises par l’appareil.

Votre appareil n’est-il pas un peu compliqué à utiliser ?

CG - Non, l’utilisateur n’a qu’une chose à faire : soulever la trappe lorsque la sonnerie se met en route, prendre le médicament qui se trouve dans le compartiment se présentant à lui. Automatiquement, après cette manipulation, la sonnerie s’arrêtera. Une période d’adaptation, variant de un à sept jours selon les personnes, est nécessaire pour trouver l’automatisme comportemental nécessaire.

De plus, on ne demande jamais à la personne âgée de programmer l’appareil elle-même. La mise en route et l’insertion du code secret est effectuée par un proche ou par l’infirmière attitrée.

Enfin, il est important de préciser que l’Hebdomedic’s ne remplace en aucun cas l’infirmière, mais l’aide à sécuriser les prises de médicaments durant les plages horaires où les personnes se retrouvent seule.

A quel type de clientèle s’adresse ce distributeur de médicaments ?

CG - Notre produit s’adresse à toutes les personnes se trouvant en maintien à domicile, en foyer logement ou en maison de retraite non médicalisé ayant un traitement à suivre. Mais aussi, aux individus connaissant des problèmes de non observance, d’iatrogénie, d’overdose, avec des troubles cognitifs ou des maladies telles que Alzheimer ou Parkinson…

L’Hebdomedic’s peut aussi s’avérer utile pour les patients qui doivent suivre des traitements à risque (anticoagulant par exemple) ou ceux rentrant d’hospitalisation avec un traitement lourd à gérer.

Actuellement une centaine d’appareils ont été commercialisés ou se trouvent en test sur toute la France. L’Hebdomedic’s coûte 267 euros TTC et peut faire l’objet d’une prise en charge par l’APA de façon totale ou partielle en fonction de l’enveloppe de chacun.

Quelles sont les réactions des professionnels de santé ayant testé le produit ?

CG - L’Hebdomedic a fait l’objet de tests par le CHU de Grenoble (38) dans le service du Professeur Franco et du Docteur Pascal Couturier, auprès de l’HUG de Thônex en Suisse avec des ergothérapeutes et surtout avec les infirmières du SSIAD de Scionzier (74) qui nous ont permis de faire des évaluations portant sur l’intérêt pour le patient, les proches et elles-mêmes de disposer d’un tel outil.

Tous sont unanimes. L’appareil est très simple et surtout très efficace en terme de sécurité. On évite ainsi les erreurs, les surdoses, les oublis et surtout les retours en hospitalisation.

Dans tous les cas, les patients retrouvent leur « autonomie », en effet, pour eux, il est primordial de ne pas avoir besoin d’une tierce personne, uniquement pour prendre leurs médicaments. On note aussi beaucoup moins de stress chez certaines personnes qui focalisaient leur journée sur les heures de prise de peur de les louper.

C’est un appareil simple qui facilite la vie des patients mais aussi des familles. Il est très apprécié par l’entourage des malades de type Alzheimer.

Des développements en cours ?

CG - A l’avenir, nous prévoyons de développer de nouvelles fonctionnalités comme le déclenchement d’une alerte en cas de non prise, avec une connexion téléphonique vers le numéro d’un proche, d’une infirmière ou d’une plate forme médicalisée. Autre objectif : développer l’appareil pour les non-voyants en renforçant la partie vocale.

En savoir plus :
LC SANTÉ
27 Rue du Bourg Dehors
74950 SCIONZIER
TEL 04.50.34.97.00 FAX 04.50.34.97.73


Publié le Jeudi 9 Juin 2005 dans la rubrique Santé | Lu 5764 fois