Sommaire
Senior Actu

L’Asie de l’est doit se préoccuper d’urgence du vieillissement de ses populations

Le dynamisme des économies des pays de l’est asiatique, qui jusqu’à ce jour, se sont bâties à la force du poignet et grâce aux exportations massives de produits manufacturés à forte valeur ajouté, risquent de voir d’ici quelques décennies, leurs richesses se réduire fortement compte tenu du vieillissement accéléré et généralisé de leurs populations, indique un récent article de l’AFP.


Le Japon, la Chine, la Corée du sud, Singapour, tous ces pays vieillissent de manière très rapide. L’année dernière, on estimait que sur les 3.88 milliards d’Asiatiques, 6% étaient âgés de plus de 65 ans. Avec l’allongement de la durée de vie et les jeunes qui retardent leur entrée dans la vie active -et par conséquent ont des enfants plus tardivement-, ce chiffre est appelé à tripler d’ici 2050, pour atteindre alors 17% de l’ensemble des populations de ces régions, soit tout de même 850 millions d’individus de plus de 65 ans !

Comme l’indique un professeur d’économie de l’Université japonaise d’Akita Keizaihoka « ce qu'il faut souligner dans le vieillissement des populations asiatiques, c’est que le phénomène est extrêmement rapide ».

Le pays le plus vulnérable serait la Corée du sud, en partie à cause de la relative faiblesse de ses salaires au sein de ces nations dont les populations sont en train de chuter. 27.4% de la population sera senior en 2050 contre seulement 7.1% en 2000. Singapour suit peu ou prou la même tendance : 28.6% en 2050 pour 7.2% en 2000. Un professeur de sociologie de l’Université nationale de Séoul estime même que son pays pourrait faire faillite d’ici un quart de siècle si le problème de la population n’est pas résolu. « La Corée du sud vieillit mais le pays n’est pas prêt à relever ce défi. Il est impératif de trouver des moyens pour que les seniors soient partie prenante dans la vie de la société » indique-t-il.

De son côté, la Chine, qui connaît actuellement une très forte expansion économique, pourrait voir sa croissance replonger durant les cinquante prochaines années, du fait du vieillissement de sa population. Les seniors, qui représentaient 6.9% de la population chinoise en 2000, compteront pour presque un quart de la population en 2050.

Le Japon n’est pas dans une situation très enviable non plus. Déjà le pays le plus vieux de la planète avec 19.5% de plus de 65 ans en 2004, les seniors représenteront plus d’une personne sur trois (35%) de la population totale d’ici 2050. Compte tenu des pressions sur les retraites, les personnes âgées pourraient être obligées de puiser dans leur épargne afin de maintenir leur niveau de vie. Or, cela pourrait entraîner des conséquences sur l’industrie. De ce fait, les entreprises pourraient rencontrer des difficultés pour obtenir les capitaux nécessaires à leurs investissements et au renouvellement de leur outil de production.

Jusqu’à maintenant la bonne santé économique de ces pays a été supportée par l’abondance d’une main d’oeuvre jeune et dynamique explique Mme Hayase, experte japonaise sur les questions démographiques. Avec la diminution du nombre de jeunes, l’Asie va devoir casser le tabou de l’immigration et accepter d’ouvrir ses frontières aux travailleurs étrangers. « La main d’œuvre va se diriger vers les nations les plus riches, là où les salaires sont les plus élevés » précise-t-elle encore.

Enfin, récemment, le gouvernement japonais a demandé aux entreprises de reconsidérer l’image qu’elles se faisaient des personnes âgées. Il est impératif d’oublier le modèle du senior qui vit confortablement sa retraite à partir de 65 ans et tout faire pour qu’il reste actif le plus longtemps possible au sein même de la société.
L’Asie de l’est doit se préoccuper d’urgence du vieillissement de ses populations


Publié le Mercredi 13 Juillet 2005 dans la rubrique Divers | Lu 2359 fois