Sommaire
Senior Actu

L'Amérique latine vieillit et doit se préparer à l'arrivée des seniors dans les 50 ans à venir

Un récent rapport rédigé par les équipes de la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), indique que le continent latino-américain a entamé un processus de vieillissement de ses populations, avec des pays, plus ou moins avancés en la matière, que d’autres. Dans ce contexte, précise le CEPAL, les gouvernements de ces états doivent se préparer dès maintenant à l’arrivée massive des 65 ans et plus dans les vingt ans à venir.


« L’Amérique latine et la zone caraïbe ont entamé leur processus de vieillissement qui va se matérialiser de manière plus flagrante au cours des vingt prochaines années » indique José Miguel Guzmán, l’un des experts en charge de ce rapport auprès de la CEPAL.

Ainsi, en terme de vieillissement des populations, en l’espace de deux générations, d’ici 2050, l’Amérique latine se retrouvera dans une situation semblable à celle de l’Europe actuellement. Alors qu’en 2002, dans cette région du monde, le poids démographique des plus de 65 ans s’élevait à 41 millions de personnes, ils seront 98 millions en 2025 et 184 millions en 2050, soit quatre fois plus nombreux en un demi-siècle.

Cette rapide avancée en âge, et la croissance du nombre d’habitants de 65 ans et plus qui en découle, doit entraîner des réformes structurelles des sociétés latino-américaines, de manière à ce que ces dernières puissent satisfaire les besoins sociaux de leurs populations âgées. Et Guzmán de souligner que les « pays doivent envisager dès maintenant les transformations à mettre en place afin que les seniors puissent bénéficier des meilleures conditions de vie possible ».

Il s’agit là d’une évolution nécessaire, dans la mesure où dans cette région du monde, comme le souligne le Centre latino-américain de la démographie (Celade) « le développement des programmes pour les aînés reste encore disparate, incomplet voire totalement inexistant dans certaines zones ».

Cependant, comme le précise le Celade, les investissements dans les affaires sociales sont une chose, mais il faut encore que le regard porté sur les personnes âgées change, lui aussi. Ces dernières doivent sentir qu'elles sont des acteurs à part entière de la société dans laquelle elles vivent, de même qu’elles doivent aussi savoir qu’elles ont des droits. .../...
L'Amérique latine vieillit et doit se préparer à l'arrivée des seniors dans les 50 ans à venir

Selon cette récente étude de la CEPAL, intitulée « Protection sociale dans le futur : accès, financement et solidarité », le vieillissement de la population latino-américaine, caractérisé comme partout par une baisse du taux de natalité doublé d’une augmentation de la durée de vie, va exercer une formidable pression sur les systèmes de retraite dans les années à venir.

Actuellement, le vieillissement est « naissant » en Bolivie, au Guatemala, en Haïti, au Honduras, au Nicaragua et au Paraguay où la proportion des personnes âgées de plus de 60 ans en 2000 était de 5 à 7% de la population, taux qui atteindra les 15% en 2050.

Un second groupe est formé par le Belize, la Colombie, le Costa Rica, l’Equateur, le Salvador, la Guyane, le Mexique, le Pérou, le Venezuela et la République dominicaine où l’on constate un « vieillissement modéré ». Dans ces nations, les plus de 60 ans représentent entre 6 et 8% de la population, taux qui devrait être supérieur à 20% en 2050.

Ensuite, viennent les Bahamas, le Brésil, le Chili, la Jamaïque, le Surinam, Trinidad et Tobago qui connaissent un « vieillissement modéré avancé », s’élevant entre 8 et 10% de la population et qui devrait atteindre 25% en 2050.

Enfin, un dernier groupe, formé par l’Argentine, l’Uruguay, Cuba, la Barbade et Puerto Rico sont des pays qui présentent déjà un « vieillissement avancé ».

La CEPAL souligne dans son rapport, que ces « changements notables de la démographie exerceront tôt ou tard une pression financière de plus en plus forte sur tous les systèmes de la région. Les pays qui utilisent les retraites par répartition devront petit à petit modifier significativement les paramètres de leurs systèmes et se charger du financement des pensions non contributives. »


Publié le Lundi 10 Avril 2006 dans la rubrique Divers | Lu 9185 fois