Sommaire
Senior Actu

Krys s'engage dans la démocratisation des prothèses auditives

A l’occasion de la Journée Nationale de l’Audition qui se tiendra le 9 mars 2017, l’enseigne Krys (50 points de vente en France) a souhaité montrer et clamer haut et fort son engagement pour la démocratisation des prothèses auditives dont le prix trop élevé empêche l’appareillage de ceux qui en ont souvent le plus besoin….


Krys s'engage dans la démocratisation des prothèses auditives
En France, un tiers des trois millions de patients ayant besoin d’une prothèse auditive n’y a pas accès et seulement 15% bénéficient d’un appareil adapté ; dès qu’on voit mal on porte des lunettes, mais concernant l’audition, c’est une autre histoire ! On estime également qu’environ 2 millions de seniors de plus de 65 ans ne seront toujours pas équipés en 2018.
 
Une situation qui ne risque pas de s’améliorer en raison du prix élevé des prothèses auditives (compter en moyenne 1.800 euros la paire) ainsi que du nombre insuffisant d’audioprothésistes sur le marché ; de ce côté toutefois, les choses changent petit à petit avec le développement de nouvelles enseignes.
 
C’est parce que la prévention et le dépistage doivent être des priorités que Krys s’engage dans la Journée Nationale de l’Audition. Créée en 2013, Krys Audition vise à rendre la santé auditive accessible au plus grand nombre, « en conciliant prix compétitifs et prestations de qualité » assure l’enseigne dans son communiqué. Précisons d’ailleurs que Krys n’est pas la seule sur le marché, on trouve également Audika ou Afflelou.
 
« Le dépistage est indispensable pour prévenir la perte d’audition. Krys Audition s’inscrit dans une complémentarité parfaite avec notre enseigne d’optique : les porteurs de verres progressifs sont également susceptibles de développer des troubles auditifs. Le fait d’associer ces deux spécialités, en permettant aux audioprothésistes de travailler aux côtés des opticiens, prend donc tout son sens » indique Sylvaine Audrain, directrice de l’enseigne Krys.
 
Rappelons que la perte de l’audition est synonyme, pour ceux qui sont touchés, de retrait de la vie sociale. On fait répéter un fois, une deuxième fois…puis las, on finit par ne plus insister. Selon de récentes études, les pertes d’audition peuvent provoquer un stress permanent et des symptômes tels qu’une élévation de la pression artérielle chez les seniors. On constate également que les malentendants âgés sont plus souvent victimes de chutes. Du point de vue psychique, la surdité peut être associée à un sentiment de perte, d’angoisse et de dépression.
 
Souvent, les malentendants se replient sur eux-mêmes, fatigués des quiproquos incessants et de la nécessité de toujours demander aux interlocuteurs de répéter leurs propos lorsqu’ils tentent de communiquer. Or, l’isolement favorise le vieillissement des neurones car ces dernières sont moins sollicitées, ce qui diminue les capacités cognitives et favoriserait même l’apparition de maladies comme Alzheimer.
 
« Il devient urgent de démocratiser l’accès aux audioprothèses. Cela passe par la réduction du coût à la charge du patient et par l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché. Il faut également déverrouiller l’accès à la profession et faire évoluer significativement le numerus clausus. Un choc de régulation qui permettrait d’équiper tous ceux qui en ont besoin » conclut Jean-Pierre Champion, directeur général de Krys Group.


Publié le Mardi 7 Mars 2017 dans la rubrique Santé | Lu 1090 fois