Sommaire
Senior Actu

Kontakhof de Pina Bausch : la chorégraphe allemande fait danser les seniors

Depuis 2000, la chorégraphe allemande Pina Bausch a remonté son spectacle « Kontakhof » qui tourne dans toute l’Europe et qui est interprété par des danseurs âgés, non professionnels, qui sont recrutés par le biais de petites annonces, indique une récente dépêche de l’AFP.


Vingt-sept ans après sa création initiale et cinq années depuis sa reprise par des danseurs seniors, Kontakthof, spectacle de théâtre dansé, vient de se produire à la Comédie de Clermont-Ferrand. La prochaine date étant prévue pour février 2006 en Allemagne.

Les artistes sont âgés de 58 à 77 ans et tournent avec ce spectacle sur les routes d’Europe depuis cinq ans maintenant. « Jamais nous n'aurions imaginé ce qui nous attendait, on pensait donner trois représentations et s'arrêter là : jeudi soir, ce sera notre cinquantième » indiquait à l’AFP l’une des danseuses avant la première représentation de Clermont-Ferrand la semaine dernière.

Depuis le succès de la première représentation en 2000, la troupe n’a pas arrêté de tourner. Avant chaque série de trois représentations, les danseurs répètent pendant six semaines, deux ou trois soirs par semaine. L’argent n’est pas ce qui les motive. Comme le souligne l’un des artistes âgé de 63 ans, « Nous n'avons pas de contrat et sommes payés, un peu, pour chaque représentation. Mais nous sommes tous tellement fans de Pina Bausch qu'on le ferait pour rien ».

Après cinq ans d’existence, la majorité des danseurs des débuts sont encore là même si l’un est décédé et que certains sont tombés malades.

Ce spectacle de trois heures –avec entracte- évolue dans un décor austère, une immense salle de bal aux murs gris. Sur des musiques de Chaplin, Nino Rota ou Sibelius, des femmes aux cheveux blonds, roux ou gris dansent en robe de satin et les pieds nus. Les personnages de cette pièce expriment les thèmes chers à la chorégraphe allemande : l’amour, l’angoisse, la joie, la tristesse, la haine ou encore la tendresse. Cette œuvre révise de façon crue et nostalgique les codes de la séduction et montre que quelque soit l’âge, c’est le simple besoin d’être aimé qui anime tout être humain.

Si les spectateurs de tous âges semblent véritablement emballés par ce spectacle, c’est aussi le cas des artistes seniors. « Quand je monte sur scène (…) cela me maintient jeune » dis l’une, « je ne pourrais rien faire qui me rendrait plus heureux et nous voudrions tous danser encore ensemble pendant dix ans, mais là nous seront vraiment trop vieux » ajoute l’un des danseurs, âgé de 75 ans.


Publié le Vendredi 4 Novembre 2005 dans la rubrique Culture | Lu 14153 fois