Sommaire
Senior Actu

Kenya - Risques de propagation du sida par la préconisation de rites ancestraux par les anciens


De nos jours, certains « anciens » de la région d’Isiolo à l’est du pays, conseillent aux hommes atteints du virus HIV d’avoir des relations sexuelles avec de jeunes vierges afin de se purifier comme le rapportait une dépêche de l’agence Reuters datée du 7 février dernier.

Dans le passé, les hommes avaient en effet pour habitude d’avoir des relations sexuelles avec de très jeunes vierges afin de se « laver » de leurs malédictions. Avec l’augmentation des cas de sida dans cette région d’Afrique, cette coutume semble connaître une certaine recrudescence. Reuters rapporte les propos d’un homme admettant avoir couché avec une fillette de neuf ans sur les instructions des anciens du village. « J’ai eu des relations avec elle, même si j’ai eu pitié d’elle, je l’ai fait à cause de la maladie et parce que les anciens m’avait dit de le faire » admet-il.

La responsable de l’association « Tumaini » explique que malgré les 800 décès quotidiens dus au sida les pratiques ancestrales perdurent, ce qui a pour conséquence de propager la maladie.

Comme le soulignait le Libération fin janvier 2004, selon les estimations du dernier recensement, 6,7 % de la population serait porteuse du virus VIH, soit environ 1,5 million de Kényans. Avec des taux de 4,5 % pour les hommes et 8,7 % pour les femmes. Jusqu'à présent, le gouvernement se fondait sur une prévalence de 9,4 %, chiffre établi par l'Onusida, l'agence spécialisée de l'ONU. Dans son rapport annuel publié fin 2003, Médecins sans frontières (MSF) estimait, pour sa part, que 13 % des Kényans étaient infectés.


Publié le Lundi 9 Février 2004 dans la rubrique Social | Lu 640 fois