Sommaire
Senior Actu

Kaelis : le Prix Graines de chercheurs 2015 revient à Etienne Bourdon

Le fonds de dotation Kaelis a remis le 24 novembre dernier son Prix « Grains de Chercheurs 2015 » à Etienne Bourdon, expert en gérontologie pour son mémoire sur le bénéfice thérapeutique des jardins spécialisés dans l’univers de la gériatrie.


Photo O Ubi Campi, DR
Ce mémoire, rédigé par Etienne Bourdon, a permis de présenter les résultats d’essais cliniques exploratoires sur l’évaluation du bénéfice thérapeutique de ces jardins. Au-delà de l’idée généralement positive que l’on se fait d’un jardin, l’étude a permis de mettre en exergue les éléments clés permettant de définir des solutions thérapeutiques avec un bénéfice spécifique pour le patient.
 
Le fonds de dotation Kaelis a voulu récompenser ce travail qui a permis de souligner la pertinence et la performance d’une démarche innovante visant à concevoir une réponse thérapeutique à travers le jardin. Cette innovation va bien au-delà de la mise à disposition d’un jardin. Il ressort en effet des évaluations menées que le contenu précis du jardin doit pouvoir être adapté en fonction des pathologies rencontrées et des objectifs thérapeutiques désignés. Seules ces adaptations permettant en effet d’obtenir de réels bénéfices pour le patient !
 
Au-delà d’être un expert dans le domaine de la gériatrie, Etienne Bourdon est par ailleurs directeur général du Groupe français O Ubi Campi qui développe des solutions thérapeutiques créatives et innovantes dans l’architecture paysagère et les jardins thérapeutiques. Bref, les personnes âgées et les jardins, il connait !
 
Rappelons que le jardinage « thérapeutique » est apparu à la fin du 18ème siècle aux Etats-Unis et que cette discipline est enseignée depuis 1971.... D’autres pays sont précurseurs comme l’Angleterre, le Canada et le Japon. De fait, et selon de nombreuses études, l’hortithérapie (comprendre la thérapie par le jardinage) semble très bénéfique chez les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimre.
 
Une étude menée sur une durée de deux ans par l’association horticole canadienne sur des patients Alzheimer a montré une baisse de 19% d’incidents violents pour les malades en contact avec des jardins.
 
*Soutenu dans le cadre d’un MASTER 2 « Expertise en gérontologie » de l’Université Pierre et Marie Curie, ce mémoire avait comme objectif d’évaluer la dimension thérapeutique d’un jardin auprès d’une population de patients souffrant de la maladie d’Alzheimer ou troubles apparentés.


Publié le Mercredi 9 Décembre 2015 dans la rubrique Santé | Lu 875 fois