Sommaire
Senior Actu

Journée de solidarité : le Premier ministre demande plus de souplesse pour 2006

Le Premier ministre Dominique de Villepin, suite à la remise par le député des Alpes-Maritimes Jean Leonetti (UMP) du rapport du comité d’évaluation concernant la journée de solidarité, a invité dans un communiqué, les employeurs publics et privés à « s’organiser librement en 2006 » et demande plus de « souplesse » dans la mise en œuvre de cette journée.


Dans ce communiqué, le Premier ministre a indiqué « son attachement au principe de la journée de solidarité pour l’autonomie issu de la loi du 30 juin 2004 et a souligné que les financements collectés grâce à cette journée – 2 milliards d’euros- ont permis d’augmenter très significativement les actions en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées. M. de Villepin a « également rappelé que ces financements étaient affectés exclusivement à la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, sous le contrôle de la Cour des comptes ».

De plus, le Premier ministre souhaite que « ce dispositif soit appliqué désormais avec davantage de souplesse, comme la loi le permet. Il appartiendra en conséquence tant aux employeurs du secteur privé qu’à l’administration de déterminer les conditions dans lesquelles seront effectuées les sept heures de travail supplémentaires en faveur de l’autonomie, qui pourront être réparties dans l’année. »

Certains professionnels déplorent ce risque de dilution. « C'est dommage que le sens même de la journée de solidarité soit perdu, on aurait voulu une journée fixe », relève Florence Arnaiz-Maume, déléguée générale du Syndicat national des établissements pour personnes âgées (Synerpa) dans une dépêche de l’AFP.

M. de Villepin veut aussi que le ministre de l’Education nationale lui fasse « des propositions avant la rentrée scolaire sur les modalités d’application du dispositif par les personnels de son ministère en dehors du temps scolaire ».

Enfin il a demandé « au ministre de l’Emploi, de la cohésion sociale et du logement ainsi qu’au ministre de la Fonction publique de préparer les textes réglementaires permettant aux employeurs publics et privés de s’organiser librement en 2006 ».
Journée de solidarité : le Premier ministre demande plus de souplesse pour 2006


Publié le Mercredi 20 Juillet 2005 dans la rubrique Divers | Lu 3558 fois