Sommaire
Senior Actu

Japon – Un nouvel espoir pour les malades Alzheimer grâce la thérapie par l’apprentissage


Le nouveau traitement de « thérapie par l’apprentissage » (« learning therapy ») visant à ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer en exerçant les facultés mentales des patients fait fureur au Japon, comme le note Reuters le 15 juillet.

La thérapie développée par le professeur Ryuta Kawashima de l’Université Tokohu de Sendai ne prétend pas guérir les malades et pour l’heure, aucun traitement n’existe. Elle vise simplement à améliorer le quotidien des patients en leur permettant de communiquer avec leur entourage et de retrouver une certaine confiance en eux.

Le principe est simple : les malades participent à des séances de calcul mental ou de lecture à voix haute. Ces exercices permettent au cerveau, et notamment au cortex, que les scientifiques considèrent comme la partie la plus importante, de réapprendre à faire fonctionner la mémoire, le raisonnement, le jugement.

Le professeur a constaté que la majorité des patients ayant suivi ces cours ont retrouvé certaines facultés cognitives. Les autres ont au moins évité une aggravation de la maladie. Une infirmière auprès de malades Alzheimer, a en tout cas remarqué que depuis l’introduction de cette thérapie, les patients « recommencent à sourire plus et semblent beaucoup plus sereins. »

Il s’agit d’un traitement complet qui a d’ores et déjà fait l’objet de nombreux tests. Cependant, il ne s’agit pas d’une cure miracle et le corps médical insiste sur la nécessité d’une prévention accrue. « Même après trois années de traitement, nous nous sommes rendu compte qu’il nous était impossible de redonner à un patient toutes ses facultés », admet le professeur.

C’est pourquoi des classes de « gymnastique cérébrale » s’adressent désormais aux personnes plus jeunes et en bonne santé. Les méthodes du professeur Kawashima ont aussi été simplifiées et éditées dans un livre qui s’est vendu à plus d’1,3 million d’exemplaires.

Au vu des résultats, ce programme de réhabilitation a fait des émules dans tout le pays. Plus de 200 institutions doivent mettre au point cette technique.

Comme l’indique une responsable, à la tête du service d’aide aux personnes âgées de Shinagawa, « notre plus grand souci est d’empêcher que les personnes âgées ne se retrouvent en marge de la société. » Elle ajoute que prévenir la maladie d’Alzheimer serait une vraie révolution tant d’un point de vue médical que social.

Caractérisée dans un premier temps par de légères pertes de mémoire, Alzheimer s’attaque progressivement aux fonctions cognitives empêchant à terme le malade de s’exprimer et de penser. On estime à 1,5 millions de personnes atteintes au Japon, soit 6,25% des 24 millions de plus de 65 ans.


Publié le Jeudi 22 Juillet 2004 dans la rubrique Santé | Lu 2104 fois