Sommaire
Senior Actu

Japon : Les seniors, entre solidarité familiale et prise en charge publique


Dans le cadre du colloque qui s’est tenu vendredi 13 juin 2003 à Paris sur le thème « Vieillir dans quatre mégapoles », des spécialistes ont présenté le système de soins japonais qui recherchent un équilibre entre tradition familiale et prise en charge par la collectivité. Dans la culture japonaise, la personne âgée est habituellement accueillie par sa famille et le placement en institutions ne fait pas partie des traditions. La société japonaise, comme les sociétés africaines, est basée sur le respect et la valorisation des anciens. Par ailleurs traditionnellement la femme japonaise cesse toute activité professionnelle dès qu’elle a son premier enfant et consacre alors son temps au foyer. Pourtant ces dernières années, la cellule familiale a évolué avec l’émancipation de la femme. Elles sont de plus en plus nombreuses à continuer à travailler tout en ayant des enfants. Dès lors la prise en charge du parent âgé peut devenir un problème. Les féministes japonaises ont d’ailleurs dénoncé cette tradition de solidarité familiale à l’égard des anciens, reposant en fait uniquement sur les femmes.

Afin de trouver un équilibre, l’Etat japonais a mis en place en 1995 le LTCI, Long-Term Care Insurance, en même temps que le LTCI allemand. Le système japonais se caractérise cependant par une assurance publique et des fournisseurs de soins privés, ce qui lui permet une relative efficacité par rapport aux dépenses publiques engagées. Ce LTCI se distingue également du modèle allemand par sa générosité, avec de nombreux services offerts et une large couverture. En effet, contrairement à ce qui prévalait avant dans le pays, le niveau de revenu et la disponibilité de la famille ne rentre pas en compte pour bénéficier du LTCI. Le LTCI est basé sur le choix du consommateur, même si celui-ci choisit de recevoir des soins en institutions. En revanche, il n’y pas d’allocations monétaires puisque le but est plutôt de favoriser le démantèlement du système familial.

Dès la mise en place de ce LTCI, la demande a été très forte. Il est alors devenu évident pour beaucoup de japonais que la prise en charge collective du vieillissement était insuffisante, en particulier à Tokyo. Aujourd’hui encore, les institutions médicalisées pour les seniors ne sont pas assez nombreuses alors que le vieillissement de la population s’accentue. Les efforts doivent donc se poursuivre.


Publié le Vendredi 20 Juin 2003 dans la rubrique Divers | Lu 937 fois