Sommaire
Senior Actu

Japon – Les seniors de plus en plus pris pour cible

Le marché « jeunes » ne cessant de se rétrécir, les firmes japonaises deviennent de plus en plus nombreuses à cibler baby-boomers et seniors. « Durant les 10 prochaines années il est indispensable que les entreprises adoptent de nouveaux styles marketing pour faire face au changement de la demande » explique ainsi Toru Matsumura, directeur de recherche au Asahi Shimbun Research Institute.


Chitose Hajime mélange le enka à la pop
Des études menées par la première agence publicitaire japonaise Dentsu Inc. ont permis d’estimer ainsi qu’en 2000 les plus de 50 ans avaient représenté pour la première fois plus de la moitié (50,4%) de toutes les dépenses de consommation. On estime d’ailleurs que ce chiffre devrait grimper à 60% dans les 10 prochaines années. De même, les plus de 60 ans possèdent la moitié du total de l’avoir privé national qui s’élève à 1 400 trillions de Yens (10,2 trillions d’euros). Des chiffres qui permettent d’apprécier l’ampleur du marché auquel s’attaquent les entreprises japonaises, même les plus improbables.

La firme de jouets Takara Co. a élargit sa gamme en proposant des produits destinés aux adultes. Ils ont déjà sorti Bowlingual, un traducteur qui « comprendrait » les émotions canines, un vélo-moteur ludique, ou encore une voiture-jouet, la Q-car, des concepts qui trouvent facilement preneurs.

La Fairlady Z de Nissan
Même les fabricants de voitures de sports commencent à changer de stratégie. L’été dernier, la campagne de communication du nouveau coupé de Nissan, la Fairlady Z (la modernisation d’un modèle phare de la marque, sur le mode de la New Beetle pour la Coccinelle), a ainsi insisté sur la nostalgie qu’inspirait la voiture chez les plus de 50 ans, qui avaient connu l’original. Ce positionnement pour lequel le chef de produit Shinjiro Yukawa a dû batailler fortement au sein de Nissan a aujourd’hui porté ses fruits : les ventes du coupé sont stables et 37% de ses acheteurs ont plus de 50 ans, une belle performance pour un modèle à 3,6 millions de Yens (270 000 €).

Plus anecdotique enfin, mais tout aussi révélateur, est le succès commercial de la chanteuse Chitose Hajime, devenue en deux ans une valeur sûre de la pop japonaise. A 24 ans, elle a déjà compris l’importance du « marketing gris ». Hajime mélange musique traditionnelle japonaise, le enka, à la pop (elle a même fait un duo avec Deep Forest) : Une formule qui séduit fortement les femmes de 40 à 50 ans qui assistent en masse à ses concerts. Formule payante : alors que le enka représente à peine 3% des ventes de musique au Japon, Hashime a réussi à hisser son premier album en tête des ventes. Une tendance qui n’est pas sans rappeler le dernier disque de Patrick Bruel en France, qui a remis au goût du jour le charme des guinguettes et des chansons d’antan... Le visuel de l’affiche annonçant ses prochains concerts le représente d’ailleurs vêtu et coiffé à la mode des années 40.

Japon – Les seniors de plus en plus pris pour cible


Publié le Mercredi 25 Juin 2003 dans la rubrique Divers | Lu 672 fois