Sommaire
Senior Actu

Japon – Les seniors à faible revenu employés dans des maternelles


La nation japonaise se décarcasse pour trouver un moyen de promouvoir l’emploi jusqu’à 65 ans ; dans cette optique les maternelles du pays accueillent de plus en plus d’hommes dans leur soixantaine qui travaillent auprès des enfants, initiative encouragée par le gouvernement et les administrations locales - d’après un article du Asahi Shimbun “Granddads find work in nursery schools” (19 avril 2004).

Depuis 1990, le gouvernement japonais promeut un programme de création d’emplois dans les maternelles, principalement à destination des personnes âgées sans revenu. Les préfectures et les instances nationales couvrent ainsi une partie du salaire des seniors employés pour l’occasion. En 2002 près de 2.700 maternelles à travers le pays participaient déjà à ce plan, et la plupart en embauchant des seniors plutôt que des personnes handicapées et des mères célibataires, également concernés par ces aides à l’emploi.

Cette volonté d’encourager la présence de personnes âgées dans les maternelles a un caractère économique puisqu’elle permet à celles-ci de se constituer un pécule pour une retraite qui serait sinon bien maigre. Elle a aussi un aspect social : les sexagénaires japonais d’aujourd’hui appartiennent à cette génération d’hommes, tout tournés vers leur carrière professionnelle, qui ne s’impliquaient pas dans l’éducation de leurs enfants et qui laissaient leurs épouses assurer presque seules la tâche.

La fibre paternelle de ces seniors se voit donc offert une seconde chance. La tendance se répand au niveau local. La ville de Koruiso expérimente le projet avec succès depuis 2002, avec un programme spécifiquement destiné aux hommes entre 60 et 64 ans. L’embaûche de personnes d’âge mûr dans les établissements pour tout jeunes enfants de cette ville moyenne (60.000 habitants) y apportent une présence masculine rassurante, alors que le pays est encore traumatisé par le drame survenu dans une école élementaire de la préfecture d’Osaka en juin 2001. Un homme souffrant d’antécédents psychiatriques avait fait irruption dans l’établissement et tué 8 enfants.

Le projet de la ville de Koruiso, comme beaucoup d’autres, est soutenu financièrement par le Silver Human Resources Center, une association d’intérêt public dont les fonds proviennent du gouvernement, des préfectures et des mairies, et qui est chargée de promouvoir le travail des seniors.

Ces initiatives ont en tout cas le mérite de favoriser une certaine cohésion sociale et de construire un pont entre les générations, hautement nécessaire dans un pays où la pression démographique en faveur des personnes âgées est la plus forte de celles des pays occidentaux.

Jérémie Lengrais © Senioractu.com 2004


Publié le Vendredi 28 Mai 2004 dans la rubrique Social | Lu 691 fois