Sommaire
Senior Actu

Japon – Les boomers vont entraîner une chute du PIB de 118 milliards d’euros en partant en retraite


Le produit intérieur brut japonais pourrait diminuer de 15 900 milliards de yens, soit environ 118 milliards d’euros, d’ici 2010 si le nombre de boomers qui partent en retraite dès 2007 correspond aux prévisions, selon le rapport publié par l’Institut de Recherches Politiques du ministère des Finances, et mis en avant par l’article du Nikkei du 12 juillet.

Les boomers nés entre 1947 et 1949, qui sont d’ailleurs deux fois plus nombreux que ceux nés 3 ans plus tôt ou 3 ans plus tard, doivent logiquement prendre leur retraite d’ici 2007. En d’autres termes, ce ne sont pas moins de sept millions de Japonais qui s’apprêtent à quitter le monde du travail, soit 5,5% des 127 millions d’habitants.

A en croire le rapport, ces départs massifs en retraite vont avoir pour conséquence première une diminution de 1,1 millions du nombre de travailleurs en 2010. Et cette pénurie de main d’œuvre entraînera l’effondrement du PIB.

Si rien n’est fait, le nombre de salariés dans la capitale chutera de 4,7% en 10 ans et la demande réduite pour les locaux professionnels (3,4 millions de m2 en moins) aura des répercussions sur les prix des biens immobiliers.

Pour éviter ce scénario catastrophe, les économistes suggèrent de réviser les programmes d’assurance sociale en diminuant notamment les niveaux de remboursement des pensions et en favorisant l’embauche des salariés âgés. Si le nombre de départs en retraite ne s’élevait qu’à 800 000 personnes, le PIB ne perdrait que 11 600 milliards de yens, soit environ 86 milliards d’euros. De plus, l’économie connaîtrait un essor de 4 300 milliards de yens soit environ 32 milliards d’euros.

Le rapport recommande aussi d’encourager le travail des femmes et de retarder l’âge légal du départ en retraite, aujourd’hui de 60 ans.

Les spécialistes insistent cependant sur les effets positifs de tous ces départs en retraite. En effet, les employés âgés sont en général mieux payés que les jeunes. Leur départ sous-entend donc des coûts réduits pour les employeurs qui à terme, feront des bénéfices. En outre, les retraités ayant une certaine réserve d’argent seront enclins à dépenser dans des voyages ou d’autres activités, ce qui est favorable à l’économie.

Une chose est certaine, comme le note Naohiro Yashiro, président du Centre de Recherches Economiques japonais, « la mise en place d’un système financier et d’un marché du travail correspondant aux besoins d’une population vieillissante est désormais nécessaire. »


Publié le Lundi 19 Juillet 2004 dans la rubrique Divers | Lu 1509 fois