Sommaire
Senior Actu

Japon - L’amour pour les petits-enfants : un nouveau moyen d’attirer les seniors


Les personnes aisées, âgées de 65 ans et plus, deviennent une cible attractive pour les banques et les assureurs japonais. Les établissements financiers s’efforcent donc de créer des produits innovants jouant sur la relation affective entre les grands-parents et les petits-enfants. Ils tentent par ailleurs de contrecarrer l’aversion culturelle des Japonais envers les investissements risqués, affirmait Nikkeinet un portail internet consacré à l’économie japonaise, dans un article publié le 27 janvier (Banks, Insurers try to cash in on grandparents’ love of grandchildren).

Actuellement un cinquième de la population japonaise est âgée de plus de 65 ans. Dans cinquante ans ce taux atteindra 37,5%. Par ailleurs, leurs économies s’élèvent en moyenne à 23 millions de yens (environ 175.000 euros), ce qui est considérable en comparaison avec l’épargne des moins de trente ans. Les seniors semblent toutefois peu enclins à s’engager sur des investissements risqués. « Pour mes petits-enfants » est ainsi devenu un bon argument pour les courtiers et les assureurs afin de persuader leurs clients âgés –et financièrement à l’aise- de se lancer dans des investissements plus hasardeux.

De fait, une enquête conduite par Mitsubishi Trust, et citée par Nikkeinet, a révélé que la plupart des seniors ayant investi dans des sociétés de placement destinaient leurs retours sur investissement à leurs petits-fils et petites-filles. Les assurances proposent donc aujourd’hui de payer les bénéfices directement aux petits-enfants des assurés, souvent jusqu’à leur 22ème anniversaire, ou encore en cas de frais d’hospitalisation de l’un d’entre eux. Désormais, ce genre de police se voit souvent offerte en cadeau à l’occasion de la naissance d’un petits-fils ou une petite-fille.
Japon - L’amour pour les petits-enfants : un nouveau moyen d’attirer les seniors


Publié le Mercredi 4 Février 2004 dans la rubrique Finances | Lu 934 fois