Sommaire
Senior Actu

Japon / Etats-Unis : Des médecins japonais examinent les survivants des bombes A vivant aux USA


Tous les deux ans depuis 1977, des médecins japonais de « l’Association médicale d’Hiroshima » traversent l’Océan Pacifique pour examiner les survivants des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki vivant à Los Angeles, Seattle et Honolulu. Les études révèlent qu’ils souffrent davantage de leucémie, de la thyroïde, de cancers du colon et du sein et de maladies cardiovasculaires. Pourtant l’âge moyen de ces survivants des bombes A est aujourd’hui de plus de 70 ans, ce qui laisse penser qu’ils ont été peu exposés aux radiations. Les personnes qui étaient proches du point d’impact sont soit mortes sur le coup, soit dans les semaines ou les mois qui ont suivi le largage des bombes. Par ailleurs, même en examinant ces personnes tous les deux ans, il n’est pas toujours facile de distinguer les maladies qui sont dues à l’âge de celle dues aux radiations.

En fait, il s’agit surtout d’offrir à ces gens un soutien psychologique, de les rassurer. En effet, ils gardent souvent le traumatisme de ces drames et se sentent meurtris à jamais. Ils ont besoin d’en parler entre eux mais aussi avec le corps médical. Avoir affaire à des médecins japonais les rassure. En effet, beaucoup de ces survivants estiment que le corps médical nippon est plus compétent que les médecins américains en matière de radiations. L’organisation de ces réunions de survivants permet également de rappeler les dommages que causent les armes de destruction massive, à l’heure où beaucoup de pays détiennent l’arme nucléaire.


Publié le Mardi 24 Juin 2003 dans la rubrique Santé | Lu 355 fois