Sommaire
Senior Actu

Japon – Des robots pour compenser les départs en retraite des boomers

Alors que les robots du dernier opus de Star Wars vont envahir à partir de demain après-midi plus de 200 écrans dans les cinéma français, une étude réalisée au Japon indique que dans un contexte de vieillissement accéléré du pays, et compte tenu des départs massifs en retraite des baby-boomers à partir de 2007, il est urgent de promouvoir l’utilisation des robots dans les services et l’industrie pour pallier, à terme, le manque de main d’œuvre.


Cette très sérieuse enquête, dont un rapport préliminaire vient d’être publié, a été réalisée par un groupe d’étude mis en place en janvier dernier par le ministère de l’Economie, des finances et de l’industrie nippon (METI) indique un récent article du quotidien Japan Times.

Concrètement, les premières conclusions de ces experts appellent le gouvernement à mettre en place des mesures visant à promouvoir le développement de l’utilisation des robots. Selon eux, dans un contexte de vieillissement de la population et avec les départs massifs des baby-boomers du monde du travail à partir de 2007, les perspectives de marché concernant l’utilisation des robots dans l’industrie et les services sont énormes et l’emploi de telles machines serait même vital pour l’avenir –économique- du pays.

Le groupe d’étude souligne par exemple, que la création de robots domestiques (faisant la vaisselle, sortant les poubelles, etc.) permettrait d’encourager plus de femmes à se mettre sur le marché du travail, ce qui pourrait réduire le déficit d’employés. Il suggère aussi qu’il faut que les hommes et les machines apprennent à produire et travailler ensemble de manière à rendre les sites de production plus efficaces. Ce qui doit permettre de gagner des parts de marché sur certains pays où le coût de la main-d’œuvre est plus faible. Comme la Chine, pour ne citer qu’elle.

Enfin, le groupe d’étude préconise la standardisation des machines et la mise en place de nouvelles réglementations permettant par exemple aux robots de travailler dans la rue (régulation du trafic routier). Il demande aussi à ce que les entreprises et les universités travaillent de concert et coopèrent dans leurs travaux de recherche de manière à accélérer le développement de ces nouvelles machines à tout faire.

A terme, les robots ne seraient donc plus uniquement utilisés pour remplacer l’être humain dans les tâches les plus dangereuses ou les plus pénibles, mais deviendraient le complément d’une main-d’œuvre moins nombreuse et plus faible.


Publié le Mardi 17 Mai 2005 dans la rubrique Divers | Lu 3405 fois