Sommaire
Senior Actu

Italie - le défi délicat de la réforme des retraites


Italie - le défi délicat de la réforme des retraites
Au même titre que ses voisins européens, l’Italie doit répondre à la nécessité de réformer son système de retraites. Mais celle-ci semble d'autant plus délicate que le système actuel est particulièrement laxiste et que Berlusconi se heurte à la résistance de ses propres alliés politiques. L’Italie dépense environ 14 % de son PIB dans les retraites, alors que la moyenne européenne se situe à 10 %. L’âge limite de la retraite est flou, les seuils sont laxistes et compliquent ainsi l’obligation du gouvernement à réformer et à financer un système qui lui aussi est mis à mal par le vieillissement de la population. En Italie, les personnes ayant travaillé au moins 35 ans peuvent partir à la retraite dès l’âge de 57 ans. Avant une série de réformes engagées en 1995, il n’y avait pas d’âge limite, et certains fonctionnaires avaient la possibilité de partir à la retraite après seulement 15 ans de travail. Cela explique pourquoi les taux d’activité sont plus faibles en Italie qu’ailleurs : seulement 28,1 % d’actifs parmi les 55-64 ans, contre 37,7 % en Allemagne et 38,8 % en Europe. Par ailleurs, ce taux est de seulement 55 % parmi les 15-64 ans, contre une moyenne européenne de 64 %. Afin de répondre au problème des retraites, l’Italie a la possibilité d’augmenter l’âge minimum de la retraite, de créer plus d’emplois, ou de favoriser l’immigration. Or aucune de ces solutions n’enthousiasme réellement Silvio Berlusconi, qui s’est avéré incapable de réduire le taux de chômage en dessous de ses 8,8 % actuels. Il doit également faire face à ses propres alliés politiques qui sont déterminés à bloquer toute tentative d’augmentation de l’âge de la retraite ou de mettre en place une politique d’immigration plus généreuse. Le challenge est d’autant plus grand que l’Italie possède l’un des taux de natalité les plus faibles du monde, 1,3 enfants par femme : sa population stagne à 58 millions d’habitants depuis 20 ans et les projections prévoient une baisse à 53 millions d’ici 2050.


Publié le Jeudi 21 Août 2003 dans la rubrique Retraite | Lu 818 fois