Sommaire
Senior Actu

Italie - Un trait génétique, rare chez les centenaires, serait lié à un niveau bas de cholestérol


Le facteur génétique qui protège normalement l’homme des maladies coronariennes à l’âge adulte pourrait, par contre, diminuer ses chances de fêter son centième anniversaire, affirmait récemment un communiqué de « BMC Medical Genetics ». La revue a en effet publié en février 2004 une étude révélant qu’un trait génétique rarement présent chez les centenaires serait lié à un faible niveau de cholestérol.

L’étude, menée par une équipe de scientifiques italiens, a essayé de fournir une réponse à ce « paradoxe des centenaires », en cherchant un lien entre le taux de la LDL* (l’un des responsables des maladies coronariennes) et la qualité de sa composante principale, le gène de l’apoliprotéine APOB. Les chercheurs ont ainsi observé que les personnes présentant la variante courte du gène APOB développaient des niveaux nettement moins élevés de cholestérol, dont la LDL. Et de conclure : la forme (allèle*) courte du gène serait bénéfique pour les adultes, les protégeant contre un taux élevé de la LDL. Mais ce même type de gène serait dangereux pour les personnes âgées, probablement en réduisant leur taux de cholestérol en dessous du seuil critique.

Des recherches précédentes avaient déjà démontré que les personnes âgées en bonne santé ne présentaient pas d’allèles courts, ce qui laissait penser que ce type de gène ne favorisait pas la longévité. En revanche, les allèles courts sont nombreux chez les individus entre deux âges en bonne santé, suggérant que ce type de gène jouerait un rôle protecteur lors de cette période de la vie.

*Lipoprotéine de basse densité
* Contraction d'allélomorphe. Une forme particulière d'un gène donné.


Publié le Lundi 1 Mars 2004 dans la rubrique Santé | Lu 911 fois