Sommaire
Senior Actu

Isolement des seniors en milieu rural : les initiatives des petits frères des Pauvres

Avec 27,5% de plus de 60 ans et 11,4% de plus de 75 ans (contre respectivement 20% et 7,7% dans l’espace urbain), les ainés représentent une part importante de la population rurale. Face à cette réalité, à l’isolement accru par le vieillissement et aux disparités territoriales, les petits frères des Pauvres ont décidé d’être de plus en plus présents dans les campagnes et de développer des initiatives pour répondre au mieux aux besoins des personnes âgées les plus isolées et les plus fragilisées.


« La Baraque à Frat’» : de village en village autour du Puy-en-Velay (43)
En Haute-Loire, 43% des personnes seules ont plus de 65 ans alors que cette part n’est que de 37% en France métropolitaine. Les femmes sont particulièrement touchées par la précarité, car elles ont moins souvent cotisé pour leur retraite durant leur vie active. Dans ce département rural, composé de plateaux et de gorges, à l’habitat éclaté entre villages et hameaux, l’isolement des aînés se conjugue aux difficultés de déplacement.
 
Créer du lien social, c’est pouvoir aller à la rencontre de ceux qui ne peuvent pas se déplacer. A l’initiative des petits frères des Pauvres et dans l’esprit des tournées des boulangers ou des bouchers ambulants, la « Baraque à Frat’ », un camping-car aménagé -avec deux pièces à vivre, toilettes, eau potable, réfrigérateur, point chaud, auvent extérieur, parasol chauffant, fauteuil roulant- va commencer à sillonner les routes de Haute-Loire.
 
« Librement inspirée de la baraque à frites de nos amis belges, notre « baraque à Frat’ » va, elle aussi apporter, animation, accueil chaleureux et moments conviviaux. Au-delà du clin d’œil, c’est bien sûr un formidable lieu de fraternité, pour proposer échanges, rencontres, discussions avec des personnes âgées isolées » indique Alexandra, bénévole.

Dans la Nièvre, un « Petit café » pour accueillir les personnes âgées isolées (58)
Avec un quart de ses habitants âgés de 65 ans et plus (contre 17 % en France métropolitaine) et 14% de plus de 75 ans, la Nièvre est l’un des départements les plus âgés. De plus, la Nièvre fait partie du quart des départements français les plus     pauvres : 20,1% des habitants vivent avec un bas revenu contre 17,4% pour la métropole. (Insee 2013).
           
Tous les quinze jours, les bénévoles des petits frères des Pauvres ouvrent un « Petit café » à Prémery, village de 1.900 habitants au cœur de la Nièvre. Une quarantaine de personnes âgées du canton est covoiturée par les bénévoles pour partager café, goûter, jeux et temps de paroles et d’échanges.
 
Dans ce territoire très rural, où la majorité des personnes âgées isolées sont des femmes de plus de 70 ans, recréer du lien social est essentiel. Dans un quotidien avec des conditions de vie difficiles et où il n’y a pas souvent la notion de plaisir d’être ensemble, ce rendez-vous régulier permet l’ouverture aux autres et de s’autoriser de nouveau à participer à la vie sociale ou envisager même des projets, comme partir en vacances.
 
Christiane, 71 ans : « La solitude, c’est l’ennui, la tristesse, le vide. Le petit café, c’est l’affection qu’on se donne quand on commence à se connaitre, c’est donner de soi. C’est mieux de se déplacer, de se réunir que de rester chez soi, venir c’est enlever sa solitude, c’est la mettre dehors, avec le plaisir de se retrouver ensemble ».

Des solutions d’hébergement temporaire pour « souffler » pendant l’hiver
Chaque année, entre le 15 octobre et le 30 avril, l’association propose dans 7 petites structures, un hébergement temporaire de quelques jours à 3 mois pour des personnes âgées habitant en milieu rural (en Bourgogne/FrancheComté, en Auvergne/Rhône-Alpes, en Bretagne et dans le Centre/Val de Loire).
 
Ce dispositif installé depuis plusieurs années permet à ces ainés de se reposer, reprendre confiance en eux, affronter la dureté de l’hiver et la désertification des campagnes en étant dans un lieu protecteur qui favorise le maintien du lien social. En leur permettant de garder leur rythme de vie, ce dispositif atypique contribue à la réussite du maintien à domicile le reste de l’année.

Des citoyens « laboratoires de solutions » pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
En plein développement territorial, les petits frères des Pauvres ont décidé l’élargir l’action des équipes de bénévoles et de mieux investir les zones rurales. Pour proposer un accompagnement au plus près des territoires et de leurs spécificités, l’Association a réalisé des diagnostics régionaux des « zones blanches » à partir d’indicateurs sur le vieillissement, la pauvreté et l’isolement social.
 
Ces diagnostics ont ainsi permis de définir les problématiques propres au monde rural : mobilité, raréfaction des services, isolement plus caché, pauvreté autre que la précarité du monde urbain et péri-urbain avec l’impact des petites retraites du monde agricole, habitat souvent peu adapté au grand âge.
 
Depuis trois ans, ce sont près de trente équipes qui se sont créées autour d’espaces ruraux. Comme le souligne Jean-Louis Wathy, Délégué général adjoint, « bien connaître les territoires est un préalable essentiel pour adapter les modes d’accompagnement et offrir des réponses correspondant aux besoins et aux situations des personnes âgées isolées. Et ceux qui connaissent le mieux la ruralité, ce sont les bénévoles qui y habitent et ont envie de s’engager. Chez les petits frères des Pauvres, nous encourageons l’innovation citoyenne de proximité, véritable laboratoire de solutions, car elle répond concrètement aux enjeux du vieillissement et de l’isolement sur chaque territoire ».

Source


Publié le Mardi 14 Mars 2017 dans la rubrique Social | Lu 2116 fois