Sommaire
Senior Actu

Intrigue à l’anglaise d’Adrien Goetz : une histoire bien brodée


Commençons par le plus simple : le point de croix. C’est selon le Petit Larousse, un point de broderie formé par deux points réalisés en biais et se croisant en son milieu. Le « point de Bayeux » est un peu plus compliqué car « il faut du doigté, il s’agit de lancer sur toutes ces lignes de laine orthogonales un point léger qui vient en diagonale et permet de donner du mouvement et du volume ». Fort de ses rudiments on peut se mettre à l’ouvrage et comprendre comment est tissé celui d’Adrien Goetz.
Intrigue à l'Anglaise d’Alain Goetz

La trame se présente ainsi : « il manque trois mètres à la Tapisserie de Bayeux. Que sont-ils devenus ? Que représentaient-ils ? Peuvent-ils encore exister quelque part ? Pourquoi leur possesseur ne les montrent-ils pas ? Quel enjeu ces quelques bouts de lin et de laine peuvent-ils représenter dans le monde actuel pour qu’on se batte et qu’on assassine afin de les récupérer ? »

Pénélope, la jeune conservatrice, son compagnon Wandrille et un correspondant de La Renaissance du Bessin mènent l’enquête et tissent une énigme troublante qui relient Guillaume le Conquérant au prince William (Guillaume en Français), la reine Mathilde à Lady Di, les tisseurs coptes à Dodi Al-Fayed.

Tout au long de cette tapisserie qui se développe sous nos yeux durant dix siècles les fils de l’histoire se croisent et s’entremêlent.

Sur le canevas historique l’auteur brode une intrigue policière où l’érudition est rehaussée au point de tige. Le réseau est si bien tissé qu’il est quasiment impossible, pour un profane, de faire la part entre le carton historique et l’imagination documentée.

Sur son métier de haute lice Adrien Goetz démontre avec humour la force évocatrice de la Tapisserie de la reine Mathilde et sa capacité à déclencher la rêverie.

Intrigue à l’anglaise
Adrien Goetz
Editions grasset
335 pages
18 euros


Publié le Lundi 2 Juillet 2007 dans la rubrique Culture | Lu 1380 fois