Sommaire
Senior Actu

Interview de la Directrice de la rédaction du nouveau magazine québéquois pour Baby-boomers : VOUS

Les médias québéquois s'intéressent ouvertement aux Baby-boomers. En l'espace de deux mois, deux nouveaux venus dans le monde de l'information : une radio : "BOOM FM" et un magazine : "Vous". Tous les deux consacrés à ce nouveau marché à part entière : les 45 - 59 ans.


D'où est venu l'idée de lancer

D'une simple constatation : un tel genre de magazine n'existait tout simplement pas. Il y a des « féminins », des magazines spécialisés (décoration, sports, politique...), des magazines « jeunesse » et ceux pour accompagner les personnes âgées. Mais rien qui soit spécifiquement conçu pour les « grandes personnes », c'est-à-dire un magazine « art de vivre » pour les gens informés, expérimentés, curieux, actifs sur le marché du travail.

Quel est le ton de Vous : impertinent à l'image de la génération des baby-boomers ou plus lisse pour ne pas choquer les esprits ? Qu'est-ce qui le différencie d'un magazine pour aînés ?

Nous avons adopté, pour notre premier numéro, un ton personnalisé ; le ton de la conversation entre adultes. Nous avons choisi de ne pas être trop impertinents pour commencer... Le temps que notre lectorat se précise. Au fil des publications, notre style s'affirmera. Quant à la différence entre notre magazine et les magazines pour aînés ? Le nôtre s'adresse à des gens actifs professionnellement et socialement, en forme et projetés vers l'avenir.

Les rédacteurs de 'Vous' sont-ils tous des boomers ?

Notre équipe actuelle compte des gens, hommes et femmes, de tous les âges, de 25 à 60 ans ! Nos journalistes sont choisis pour leurs compétences, leur plume, leur sens du travail d'équipe et la pertinence de leur expérience. Nous trouvons essentiel de nous appuyer sur des forces diverses.

Vous avez du faire une étude de marché, quelle est la réaction des lecteurs potentiels à l'égard d'un magazine qui leur serait spécifique ?

Elle s'avère fort positive à ce jour : après une seule semaine en kiosque, nous avons dépassé la moitié du nombre de ventes que nous envisagions sur 12 semaines ! Voilà des chiffres qui parlent d'eux-mêmes !

En France les experts de la communication et de la publicité pensent qu'ils ne faut pas ghettoiser les seniors et les baby-boomers. Qu'en est-il au Québec ?

Couverture du numéro 1 de
Je crois que toute ghettoïsation comporte un grand risque. Aussi, même si nous nous en tenons à notre ligne de rédaction, nous pourrons toucher toutes les catégories de lecteurs par le choix de nos sujets. Quelques exemples, tirés de notre premier numéro : l'héritage amoureux des baby-boomers, le kayak de mer, les tout nouveaux accessoires vélo, un entretien avec Bernard Voyer, le grand explorateur des glaces... L'un de nos annonceurs nous a raconté qu'il a trouvé sa fille de 17 ans plongée dans les pages de VOUS. « Mais ce n'est pas pour les jeunes de ton âge, ce magazine ! », lui a-t-il dit. « Voyons papa, lui a-t-elle répondu, l'âge ne compte pas quand c'est intéressant ! »

Quelle est l'attitude des annonceurs ? Ne craignent-ils pas de voir leur image de marque associée à un public de « vieux » ?

Pas ceux qui nous ont fait confiance pour ce premier numéro, en tout cas ! Les annonceurs savent très bien que le lectorat de VOUS représente un secteur de la population plutôt bien nanti financièrement. Les 45-59 ans actifs ont le temps, les moyens et le goût de dépenser ! Pour renouveler leur voiture, leur ameublement, s'offrir le luxe dont ils ont dû se priver quand ils élevaient leurs enfants, se payer des interventions esthétiques, pour voyager... Et les baby-boomers, ne l'oublions pas, sont la première génération à ne pas vraiment « vieillir », occupés qu'ils sont à élaborer leurs projets !

Le marché des baby-boomers québécois est-il suffisamment développé pour soutenir le magazine à long terme ?

Absolument. En 2001, les 45-59 ans représentaient 21 % de la population québécoise ; en 2011, ils seront 24 %, ce qui représente presque un Québécois sur quatre !

En visant « officiellement » les baby-boomers, essayez-vous « officieusement » de toucher un marché plus âgé : aînés, voire 3ème ou 4ème âge ?

Non, pas du tout. Nous tenons à notre politique éditoriale.

Croyez vous que 'Vous' soit exportable en Europe ?

Sans doute, les baby-boomers sont partout en Occident. Pourquoi ne pas aller les chercher là où ils sont ? Mais on devra adapter le contenu selon chacune des cultures.

Pensez vous faire une version anglophone de ''Vous'' ?

Ce n'est pas dans nos plans immédiats. Mais pourquoi pas un jour ?


Publié le Dimanche 8 Juin 2003 dans la rubrique Divers | Lu 1044 fois