Sommaire
Senior Actu

International – Vieillissement de la population : déterioration attendue des finances publiques


Une étude récente de Standard & Poor –agence de notation financière- argue que si des mesures « décisives » en matière fiscale ou de réforme des systèmes de sécurité sociale ne sont pas prises dans les prochaines années, les niveaux de dette et de déficit des pays industrialisés vont atteindre des niveaux dramatiques à partir de 2015.

Le rapport –«The Western world past its prime »- se penche sur les conséquences financières de l’augmentation des dépenses publiques liée au vieillissement de la population dans les pays de l’ex-Europe des 15, de trois nouveaux Etats-membres (Pologne, Hongrie, République Tchèque) et de quelques autres pays occidentaux (dont les Etats-Unis, le Japon et l’Australie).

Le pays médian de l’échantillon verra son déficit public atteindre 4 % du PIB national en 2025 selon le rapport, 8% en 2040 et 10% en 2050 – rappelons pour donner un ordre d’idée que les critères de Maastricht fixe ce pourcentage à 3%. La dette publique devrait totaliser 139% du PIB en 2050.

Des pays sont plus mal lotis que d’autres. La France et l’Allemagne par exemple verraient leur dette publique dépasser les 200% du PIB à l’horizon 2050. Le Japon, pays occidental qui vieillit le plus rapidement à l’heure actuelle, atteindrait l’improbable taux de 400% dès 2030. A l’opposé, l’Irlande, le Royaume-Uni et l’Australie seraient les bons élèves du panel.

« Nos données n’ont pas valeur de prédiction » disent Moritz Kraemer et Timothy Reid, les auteurs de l’étude, « car nous pensons que les gouvernements nationaux vont prendre des mesures pour s’attaquer au problème ». «Mais nous voulons montrer l’énormité de la tâche qui les attend».

Le vieillissement de la population va en effet peser très lourd dans les prochaines années dans l’augmentation des dépenses publiques. Cela est essentiellement du aux retraites (les pensions vont coûter près de 4 points de PIB supplémentaires aux budgets nationaux d’ici à 2040). Les dépenses de santé sont également sur la sellette -augmentation de 2,1 points de PIB.

Selon le rapport, tout délai dans l’application des réformes des régimes de retraite ou de la fiscalité aura un coût ; celles-ci auront en outre de plus en plus de difficultés à être soutenues par la population à mesure que l’électorat vieillira.

Enfin les auteurs estiment que les mesures prises actuellement par les gouvernements, telles que la réforme des retraites française en 2003, et celle de l’Allemagne en 2004, ne suffiront pas en elles-mêmes : « l’importance du challenge nécessitera que d’autres mesures décisives soient prises, et ce dans presque tous les pays considérés ».

Jérémie Lengrais © Senioractu.com 2004


Publié le Lundi 17 Mai 2004 dans la rubrique Divers | Lu 1034 fois