Sommaire
Senior Actu

International - La sécurité alimentaire chez les seniors âgés


Alors que la semaine nationale du goût aura lieu du 11 au 17 octobre 2004, que de nombreux salons, colloques et conférences vont se tenir prochainement sur le thème de l’alimentation des seniors, il nous semble important de souligner à nouveau l’importance que revêt la sécurité alimentaire chez les personnes âgées.

Dans la mesure où les capacités physiques et intellectuelles diminuent avec l’âge il devient parfois difficile, pour certains seniors, de continuer à bien s’alimenter. Les causes sont multiples : problème de vue, altération de l’odorat, arthrose, perte de mémoire… Mais les résultats conduisent tous, à plus ou moins longue échéance, à une détérioration de la santé et de la qualité de vie de ces aînés.

Les problèmes de vue –cataracte, dégénérescence maculaire liée à l’âge- vont souvent de paire avec le vieillissement. Une déficience visuelle rend par exemple, plus difficile la lecture des conseils ou instructions de préparation ou encore les dates limite de consommation. Une personne dont la vue est mauvaise, ne pourra donc pas se rendre compte qu’un plat est périmé ou ne pourra pas lire des recommandations d’utilisation. Il est donc important que les fabricants prennent conscience que toutes ces mentions doivent apparaître sur les emballages en gros caractères, de manière bien claire afin d’en faciliter la lecture.

Mais la vue n’est pas l’unique sens à décliner, on n’y pense souvent moins, mais l’odorat –très fortement associé au goût- lui aussi se détériore avec l’âge. Cette altération peut s’aggraver avec la prise de médicaments et certaines maladies. Or, de nombreux agents nocifs dégagent d’un aliment des odeurs désagréables, qui nous alertent du mauvais état d’une denrée. Naturellement, une personne dont la perception olfactive est réduite ne s’apercevra pas qu’une tranche de jambon présente une forte odeur et que sa saveur est altérée. Elle risque donc de consommer, sans s’en rendre compte, un produit qui peut la rendre malade. Les problèmes de mémoire peuvent aussi rendre difficile, voire dangereuse, la préparation d’un repas (oublier une étape importante dans une recette, se tromper dans les températures, les ingrédients ou les temps de cuisson, laisser une casserole sur le feu…)

Le vieillissement physique joue lui aussi un rôle extrêmement important dans la sécurité alimentaire des personnes âgées. Avec l’âge les doigts perdent de leur force et de leur dextérité, ce qui rend plus difficile une tâche aussi simple qu’éplucher les légumes, emballer de la nourriture, ouvrir ou fermer un emballage… De plus, de nombreux aînés, ne peuvent pas rester en station debout trop longtemps, ce qui entraîne des difficultés à remplir les tâches ménagères (ménage, vaisselle, rangement, cuisine…). Autant de facteurs qui peuvent rendre un logement insalubre et augmente les risques d’intoxication. D’autres ne sortent plus chez eux, il leur devient donc impossible de faire leurs courses régulièrement et se retrouvent souvent avec des produits périmés…

A tout ceci vient s’ajouter la vulnérabilité des personnes âgées face aux maladies et en particulier aux intoxications alimentaires. L’âge affaiblissant notre système immunologique, les seniors sont donc plus susceptibles de connaître des complications et mettent plus de temps à récupérer. Par exemple, la quantité d’acide gastrique dans l’estomac diminue avec l’âge. Or, cet acide détruit de nombreux agents pathogènes avant que ceux-ci ne passent dans l’intestin. Donc, plus l’acidité diminue, plus le risque d’infections intestinales augmente.

Enfin, de nombreuses personnes âgées perdent l’appétit, à cause des médicaments, de dérèglement digestif, maladies, dépressions,…Et se retrouvent donc avec de fortes carences nutritionnelles et vitaminiques. Mais il ne faut perdre de vue que certains seniors s’alimentent mal par soucis financier. Lorsque l’argent vient à manquer, et c’est le cas chez de nombreux retraités, l’un des budget le plus facile à réduire est celui de la nourriture. Les produits périmés ne sont plus jetés, les aliments consommés ne sont plus de très bonne qualité, et au but du compte, le sécurité alimentaire de ces personnes âgées se détériore.

Il devient donc urgent d’acquérir une meilleure connaissance des facteurs qui contribuent à la malnutrition du troisième âge, afin de mettre en place des systèmes de prévention et d’élaborer des traitements permettant d’améliorer la santé des personnes âgées. Le maintien d’une cuisine propre et bien gérée nous semble être une tâche si routinière que l’on oublie facilement que cet endroit peut devenir particulièrement dangereux en vieillissant.

International - La sécurité alimentaire chez les seniors âgés


Publié le Lundi 4 Octobre 2004 dans la rubrique Nutrition | Lu 4072 fois