Sommaire
Senior Actu

International - L’industrie du ski menacée par le vieillissement de la population


Le vieillissement de la population pourrait entraîner des conséquences dramatiques sur l’industrie québécoise du ski et des sports de glisse indiquait récemment Claude Péloquin, président-directeur général de l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) dans un article du « Journal de Montréal ». La France risque de connaître les mêmes problèmes.

Compte tenu de l’avancée en âge de la population, l’industrie de « l’or blanc » pourrait perdre presqu’un tiers (30%) de sa clientèle d’ici une dizaine d’années. Cette baisse aurait des conséquences dramatiques sur les stations, souligne le président de l’ASSQ. Certaines devraient fermées et d’autres pourraient se retrouver dans une situation financière extrêmement critique. L’année dernière en France, Eric Guilpart, directeur marketing de la Compagnie des Alpes s’inquiétait lui aussi de l’impact du vieillissement de la population sur la fréquentation des stations, mais surtout sur la pratique du ski en lui-même.

En effet, si près d’un Français sur 5 âgé de 20 ans part aux sports d’hiver, ce chiffre tombe à moins de 1% au-delà de 60 ans. Pour Eric Guilpart, l’arrivée du papy-boom va donc mécaniquement entraîner une réduction du taux des départs : « la baisse de la forme physique, les conséquences importantes des accidents sur la santé et la moindre résistance au froid sont autant des causes évidentes de la diminution de la pratique du ski par les seniors ». Au Québec, on estime que le plein effet de ces changements démographiques dans la clientèle des stations de ski, devrait se faire sentir à partir de 2017. Entre 1989 et 2002, la proportion de skieurs québécois de 50 ans et plus est passée de 6.1% à 12.7%, soit plus de 50% d’augmentation en trois ans. Parallèlement le taux des skieurs plus jeunes, âgés de 12 à 17 est pour sa part passé de 21.5% à 17.3%. La situation n’est pas meilleure aux Etats-Unis, où 60% des skieurs seraient âgés de 40 à 58 ans.

Et Mr Péloquin de préciser que « ce scénario catastrophe – contre lequel nous avons déjà commencé à nous prémunir depuis plusieurs années n’est pas le seul fait du ski. C’est le sort qui attend tous les autres sports si rien n’est fait ».

Eric Guilpart souligne cependant un des aspects favorables du vieillissement. Il s’agit de « l’effet génération ». Les études menées par la Compagnie des Alpes font « clairement apparaître que les habitudes de départ aux sports d’hiver se transmettent de génération en génération. Et plus on commence jeune une activité sportive, plus on a des chances de la pratiquer longtemps. » Ainsi, les futurs seniors, qui ont appris à skier beaucoup plus jeunes, continueront cette activité. Selon l’auteur du rapport, cet effet génération devrait entraîner un doublement de la fréquentation des plus de 50 ans. De 8% en 1995, elle devrait passer à 20% en 2015. Toutefois, si la fréquentation des stations devrait continuer à croître légèrement, la « consommation » de ski devrait quant à elle diminuer. En effet, « les seniors consomment les loisirs à leur rythme. » Les stations devront alors s’adapter.

Premier point noir : le logement. Si les jeunes se soucient peu du confort, les seniors ont de fortes exigences en matière de qualité de service. Or actuellement la majorité des deux millions de lits touristiques ont plus de 25 ans d’existence. Des surfaces réduites, rarement supérieures à 25m²…

M. Guilpart met aussi en avant le manque de variété et la qualité des commerces, « là aussi de gros progrès sont à réaliser. » Une attention toute particulière devra être portée sur le confort, la santé et les tâches pénibles : « un senior a davantage besoin de se reposer. Le calme, la contemplation sont des valeurs montantes… ».

Enfin, le directeur marketing de la Compagnie des Alpes recommande aux exploitants des domaines skiables de faire des efforts en matière de sécurité. « Plus on vieillit plus on a peur de l’accident ». Les exploitants devront travailler à la suppression des obstacles pouvant présenter une source de danger. Les formules des remontées mécaniques devront être repensées, la majorité des seniors étant réticents à payer un forfait alors que leur consommation est faible.

« Une évolution vers un ski à la consommation est inéluctable, la bonne vieille carte à points reprendra du service sous une forme moderne. »
International - L’industrie du ski menacée par le vieillissement de la population


Publié le Mardi 21 Décembre 2004 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 3763 fois