Sommaire
Senior Actu

Intergénération et transmission de la langue bretonne : « Quêteurs de mémoire en Finistère »

Un millier d’élèves du CE2 à la Terminale, une vingtaine d’étudiants, une quinzaine d’associations et divers partenaires participent depuis la rentrée 2005 à l’opération « Quêteurs de mémoire en Finistère », lancée par le Conseil général du Finistère (29). L’objectif de cette action est de relancer la transmission interrompue de la langue bretonne en mettant en place des échanges intergénérationnels dans l’ensemble du département.


Préserver la langue bretonne, langue de vie, patrimoine de tous

L’opération « Quêteurs de mémoire en Finistère » a été lancée officiellement par le Conseil général du département en juin 2005. Elle consiste en une mise en relation de jeunes élèves des classes bilingues, collégiens, lycéens et étudiants finistériens : « les Quêteurs » ; et des bretonnants de naissance, « les Passeurs », afin de les faire dialoguer en breton. L’objectif visé est donc à la fois culturel et social.

Ce projet a été monté en 2005 par Messieurs Masson et Boulet, respectivement élu chargé de la politique en faveur de la langue bretonne et directeur de communication au Conseil général du Finistère. M. Masson constatait un décalage toujours plus important entre le breton acquis des anciennes générations et le breton appris dans les écoles bilingues, et souhaitait y remédier. De son côté, M. Boulet connaissait bien une opération de collecte de la mémoire populaire menée depuis douze ans en Aveyron, département dans lequel il avait travaillé précédemment. Cette phase d’élaboration a été réalisée en étroit partenariat avec le monde éducatif, associatif et gérontologique.

La première édition de l’opération « Quêteurs de mémoire » se déroule actuellement (depuis septembre 2005 jusqu’à juin 2006) et mobilise 975 élèves, 21 étudiants, 35 maisons de retraite et 15 associations du Finistère autour de 62 projets.
Intergénération et transmission de la langue bretonne : « Quêteurs de mémoire en Finistère »

Comment collecter la mémoire ?

Pendant l’année scolaire, les élèves en breton du primaire à l’Université, collectent auprès de leurs aînés, tous bretonnants de naissance, des témoignages et des contenus linguistiques (vocabulaire, expressions, tournures orales) autour d’un thème proposé par le Conseil général. Au menu pour la première édition : le calendrier traditionnel, les fêtes calendaires et les activités humaines cycliques. La durée, la fréquence et la forme des rencontres et des échanges sont librement déterminées par l’enseignant en charge du projet.

Plus précisément, par le biais d’une enquête de terrain, les élèves ont pour mission de réaliser des reportages qui retracent les échanges des jeunes avec les personnes âgées. Ils doivent comporter une production écrite en français et en breton, illustrée de photos ainsi qu’un document sonore ou audiovisuel.

Les établissements scolaires étaient autonomes dans le développement de leurs projets. Pour trouver leurs passeurs de mémoire, deux modes étaient possible : soit ils mobilisaient leurs propres réseaux, soit ils se rapprochaient d’une association qui bénéficiait alors d’une subvention du Conseil général. Une coordinatrice, Annaig Daouphars, a été nommée pour les orienter et les soutenir.

Un concours récompensant les meilleurs projets clôturera l’édition de cette année. Les élèves engagés dans l’opération ont jusqu’au 21 avril pour envoyer leur production au Conseil général. Un jury composé d’universitaires et d’inspecteurs pédagogiques de l’Éducation nationale sera constitué pour évaluer les reportages et désigner les lauréats de chaque catégorie : primaire, collège, lycée, étudiants, associations. La remise des prix est prévue le 1er juin prochain.

Une collecte à restituer le plus largement

L’ensemble des productions sera ensuite mis en ligne sur le site Internet de « Quêteurs de mémoire ». Le Conseil général réfléchit actuellement à diverses pistes pour restituer les divers reportages le plus largement possible vers la population : réalisation d’une cassette compilant les reportages et utilisation des reportages comme outil pédagogique dans les classes bilingues ainsi que dans le cadre d’animations en breton proposées en maison de retraite ; en effet, un besoin criant s’est fait ressentir dans ce dernier domaine.

Cette opération à dimension sociétale et linguistique devrait être poursuivie à la rentrée scolaire prochaine.

Partenaires institutionnels : le Rectorat de l’Académie de Rennes, l’Inspection Académique du Finistère, la Direction Départementale de l’Enseignement Catholique, l’association Diwan Breizh, l’Université de Bretagne Occident - Brest, l’Université de Haute Bretagne - Rennes, le Centre départemental de Documentation pédagogique de Quimper, l’Association des Maires du Finistère et l’Union Départementale des Associations des retraités et Personnes âgées du Finistère.

Contact :
Conseil général du Finistère
Annaig Daouphars, coordonnatrice de l’opération
Téléphone : 02 98 46 66 12
E-mail
Site web


Publié le Jeudi 23 Février 2006 dans la rubrique Intergénération | Lu 3632 fois