Sommaire
Senior Actu

« Interface » : un projet intergénérationnel indien visant à réunir élèves et personnes âgées

La Fondation Aastha pour le développement et le bien-être est à l’origine de ce projet intitulé « Interface ». Cette ONG basée à Delhi, constituée par des étudiants issus de disciplines diverses, a lancé cette initiative qui a réuni dix personnes âgées ainsi que des enfants de deux catégories d’âge : dix âgés de 6 à 8 ans et dix autres de 14 à 16 ans.


Les vingt enfants sont scolarisés dans une école publique dans un quartier où résident des personnes âgées, situé dans une localité qui se trouve au nord de Delhi.

Les élèves choisis pour participer à cette initiative ont tous une opinion très négative sur les aînés. Leur point de vue a été identifié lors d’un atelier qui s’est déroulé sur cinq jours à l’école, par des psychologues diplômés, travaillant bénévolement pour la fondation.

Les attitudes négatives les plus couramment enregistrées étaient : « ce sont des gens ennuyeux, pas attirants, trop exigeants, toujours à critiquer les jeunes, méfiants, voulant tout contrôler, inutiles et ayant une haute idée d’eux-mêmes ».
« Interface » : un projet intergénérationnel indien visant à réunir élèves et personnes âgées

Du 1er au 3ème mois : temps d’échanges à l’école pour dépasser les stéréotypes sur les aînés

« Interface » : un projet intergénérationnel indien visant à réunir élèves et personnes âgées
Pendant trois mois ont eu lieu, un samedi sur deux, des séances d’une heure pendant lesquelles les personnes âgées interagissaient librement dans les locaux de l’école avec les deux groupes d’enfants pris séparément.

Les aînés ont raconté des histoires sur la lutte pour l’indépendance de l’Inde et le « sacrifice » de jeunes d’alors et des anciens, pour leur pays. Certains seniors ont informé les enfants de leur désir d’apprendre à se servir d’un ordinateur et de connaître les dernières tendances en matière d’éducation.

Les personnes âgées ont aussi montré aux jeunes comment fabriquer des jeux à partir de bouts de papier : un bateau, un télescope, etc. Ils ont également enseigné au groupe de collégiens des recettes pour réaliser des conserves de nourriture.

3ème mois : un repas pris en commun

Après cette période de trois mois de prise de contact, la deuxième phase a pu commencer. Volontairement, celle-ci ne comprenait aucune rencontre entre les deux générations. Pourtant, régulièrement, les jeunes et les anciens s’informaient auprès du bénévole du prochain rendez-vous. Les enfants ont finalement proposé l’organisation d’un repas en commun avec leurs aînés.

C’est ainsi qu’au cinquième mois du projet, un déjeuner festif a été programmé où enfants et personnes âgées ont préparé ensemble un repas dans un centre social proche.

6ème mois : est-ce que les stéréotypes des enfants par rapport aux anciens ont disparu ?

Le sixième mois, l’attitude des jeunes par rapport aux seniors a été étudiée à partir de discussions réalisées séparément auprès des deux groupes d’élèves. Dans les deux tranches d’âge, elle a montré un changement significatif de leur comportement à l’égard des personnes âgées.

Le groupe des collégiens s’est avéré très positif envers les anciens. Les plus jeunes étaient quant à eux un peu plus réservés. Du côté des aînés, certains commençaient à utiliser l’internet pour correspondre avec leurs propres enfants et petits-enfants qui vivent ailleurs en ville, ou à l’étranger.

Contact :
Prof. N.K. Chadha, président
Aastha-foundation for development and Welfare
Email
Tél. : 11-27666285 Poste 28


Publié le Jeudi 26 Janvier 2006 dans la rubrique Intergénération | Lu 4535 fois