Sommaire
Senior Actu

Informer les seniors sur les risques liés à l'alcool pour qu'ils réduisent leur consommation

Selon une récente étude américaine parue dans la revue spécialisée « Journal of the American Geriatrics Society », il est important d’identifier et de conseiller les personnes âgées qui risquent de développer une addiction à l’alcool de manière à les aider à changer leurs habitudes de consommation et à leur éviter de tomber dans cette dépendance particulièrement mauvaise pour leur santé.


L’alcoolisme est un sujet tabou, mais la problématique devient encore plus épineuse lorsqu’il s’agit d’aborder la question avec les personnes âgées.

Pourtant, des scientifiques américains ont mené une étude en partenarait avec des médecins généralistes, sur 665 personnes âgées pendant une année, qui montre qu’il est important des détecter les seniors à risque de manière précoce et de leur indiquer quels sont les dangers qu’ils encourent en cas de consommation excessive de manière à les persuader de changer leurs habitudes.

Tous les participants étaient âgés de 65 ans ou plus. Au démarrage de l’étude, ils ont tous rempli un formulaire sur leurs habitudes de consommation en matière d’alcool, sur leur état de santé général et sur les médicaments qu’ils prenaient.

Les chercheurs ont ensuite divisé les seniors en trois groupes. Les participants du premier groupe ont reçu un rapport détaillé et personnalisé sur leur consommation d’alcool et sur les effets que cela pouvait entraîner sur leur santé. Le même dossier a été communiqué au médecin traitant de chaque personne testée. Tout comme la première équipe, le deuxième groupe a reçu un rapport détaillé et personnalisé, mais la copie n’a pas été transmise au médecin traitant. Enfin, le dernier groupe, dit de « contrôle », n’a strictement rien reçu : aucune information, ni aucun dossier.
Au bout d’un an, les scientifiques ont réalisé une nouvelle enquête sur l’ensemble des participants afin de vérifier si leurs habitudes de consommation d’alcool avaient évolué depuis le démarrage de l’étude. En conclusion, les seniors qui avaient reçu un rapport détaillé et personnalisé sur l’alcool et ses conséquences étaient plus enclins à réduire leur niveau de consommation qui ceux qui n’avaient reçu aucune information. Le fait que le médecin traitant ait été informé n’a en revanche rien changé.
Informer les seniors sur les risques liés à l'alcool pour qu'ils réduisent leur consommation

Rappelons qu’une très faible consommation d’alcool n’est pas réellement impactante sur la santé. Certaines études indiquent même que les personnes âgées devraient boire un verre de vin par jour, mais surtout pas plus. Cette consommation pourrait réduire les risques de démences, de diabètes, d’attaque ou de maladies cardiaques.

En revanche, boire plus, peut s’avérer particulièrement dangereux pour la santé des aînés. Le corps, en vieillissant, devient plus vulnérable aux effets négatifs de l’alcool. Chez les seniors, il peut augmenter les risques d’hypertension, de cancer du sein, de fractures et de dépression mais aussi rendre plus difficile le traitement du diabète.

Pour en savoir plus sur les seniors et l'alcool, lire aussi :

Un senior américain sur six consomme trop d’alcool
Japon – Le profil type du mari violent nippon est un quadra alcoolique
Etats-Unis - Les seniors, population à risque en terme d'addiction aux médicaments et à l'alcool


Publié le Mardi 8 Novembre 2005 dans la rubrique Santé | Lu 5950 fois