Sommaire
Senior Actu

IRACM : les faux médicaments, kézako ?

On trouve de tout sur le web. Le meilleur comme le pire. S’il est des domaines où la frontière entre le bon et le mauvais n’a finalement que peu de conséquences, ce n’est pas le cas de la vente en ligne de médicaments qui, s’ils s’avèrent mauvais peuvent être « au mieux » inefficaces et au pire… mortels. Dans ce contexte, l’IRACM vient de lancer une campagne de com’ baptisée « Les faux médicaments, kézako ? ».


De nos jours, le web offre aux trafiquants de faux médicaments, un outil marketing idéal -et redoutable- pour une commercialisation à grande échelle de leurs produits... Dans ce contexte, depuis sa création en 2010, l’Institut international de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM) lutte contre les faux médicaments dans le monde.
 
Poursuivant ses campagnes de sensibilisation démarrées en juillet 2015, cet organisme, prend à nouveau la parole en proposant une série de douze règles d’or pour acheter en toute sécurité des médicaments sur la toile. Dans le même temps, l’IRACM dévoile la face cachée des sites qui vendent de faux produits de santé.
 
En suivant ces 12 règles d’or, les consommateurs séduits par les prix ou le côté pratique de l’achat en ligne, voire discret lorsqu’il s’agit de produits contre la dysfonction érectile, seront mieux armés pour choisir une e-pharmacie fiable. Pour être sûrs de ne pas acheter de médicaments contrefaits et acheter sereinement sans avoir à se déplacer.
 
Les e-pharmacies clandestines tentent de faire croire par tous les moyens que le site est sérieux, authentique et répond à des normes de qualité et de sécurité. Pour donner cette illusion, les trafiquants usent de stratégies marketing éprouvées : utilisation de noms de domaine inspirant confiance, choix d’un design professionnel, bon référencement sur les moteurs de recherche, création de faux sites d’information, présence sur les réseaux sociaux, vente des produits sur des portails B to B, utilisation du spam… Bref, tout est bon pour rassurer.
 
L’objectif de cette campagne, menée sur internet par l’IRACM, est double. D’une part, elle vise à provoquer une prise de conscience chez les internautes en leur faisant découvrir ce qui se cache derrière les e-pharmacies illégales. D’autre part, avec ses conseils concrets, elle les aide à acquérir les bons réflexes quand ils veulent acheter des produits santé sur internet. Parce que personne ne choisit d’acheter un faux médicament !
 
Retrouvez toutes les informations de ces campagnes sur le site : www.le-faux-medicament-kesako.com


Publié le Jeudi 17 Novembre 2016 dans la rubrique Santé | Lu 1317 fois