Sommaire
Senior Actu

Hypertension artérielle, et si c’était une histoire de famille…

Alors qu’a lieu aujourd’hui 11 décembre, la Journée nationale de lutte contre l’hypertension, les résultats d’une étude réalisée en juin 2007 par TNS Healthcare montre que l’hypertension est la première pathologie associée dans le couple devant l’obésité ou la cholestérol. Alors, si vos parents sont traités pour l’hypertension ? Si votre conjoint vient de découvrir qu’il est hypertendu ? Vous êtes aussi concerné !


L’hypertension n’est pas seulement un problème d’individu, c’est aussi une affaire de famille.

Pour la première fois, le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension (CFLHTA) a réalisé une étude chez des couples ayant mesuré la pression artérielle à la maison et choisit de placer la famille au coeur de sa campagne d’information et de prévention 2008.

Toutefois, si l’hypertension touche plus de 14,4 millions de personnes en France, tout le monde ne devient pas hypertendu. En effet, faut-il le rappeler ? L’hypertension n’est pas une maladie contagieuse mais on la retrouve fréquemment chez plusieurs membres d’une même famille : neveu, enfant, parent et même mari ou femme…

Ainsi, d’après les résultats de l’enquête FLASH 2007, réalisée par TNS Healthcare Sofres sur un échantillon de 4 500 individus âgés de plus de 35 ans à la demande du Comité Français de Lutte contre l’Hypertension, on constate que : 44% des hypertendus traités ont un membre proche de leur famille soigné aussi pour de l’hypertension artérielle ; un tiers (30%) des couples en France sont concernés par l’hypertension par le fait qu’un des conjoints au moins est hypertendu et que dans un couple sur dix, les deux conjoints du couple sont hypertendus.

Ces chiffres confirment que les facteurs non modifiables (âge, sexe, origine ethnique et antécédents familiaux) jouent un rôle dans l’apparition d’une hypertension mais on s’aperçoit aussi que les facteurs dits modifiables (alimentation, activité physique…) ont un impact tout aussi important. .../...
Hypertension artérielle, et si c’était une histoire de famille…

« Les résultats de l’étude Flash 2007, nous révèlent par exemple que le niveau de pression artérielle est très comparable entre les deux conjoints alors que l’indice de masse corporelle par exemple peut différer » souligne le Pr. Jean-Jacques Mourad, Hôpital Avicenne, président du Comité Français de Lutte contre l’Hypertension. Cela s’explique d’une part par le fait que les couples ont souvent peu de différence d’âge et qu’après quelques années de vie commune, les habitudes alimentaires et le mode de vie se ressemblent. Ainsi, parmi tous les facteurs du risque cardiovasculaire, c’est le niveau de pression artérielle qui présentait le plus de similitudes au sein du couple.

Toujours d’après cette étude, le poids de l’environnement dans le couple est important. De fait, les trois-quarts des couples interrogés partagent plus de douze repas par semaine. Un quart des couples ont tenté de perdre du poids ensemble et un tiers pratique une activité physique commune.

« Si votre conjoint vient d’apprendre qu’il est hypertendu ou si un membre de votre famille est concerné, il est important de s’interroger sur son risque de le devenir soi-même. C’est aussi le bon moment pour adopter avec lui de bonnes habitudes et l’aider dans la prise en charge de son hypertension ; toute la famille va en tirer profit » conseille le Pr. Xavier Girerd, Hôpital de la Pitié- Salpêtrière, trésorier du CFLHTA.

Par exemple, adopter une alimentation saine et équilibrée, éliminant les excès en graisse et sel notamment. Pratiquer une activité physique régulière (20 minutes et 3 fois par semaine) réduit en moyenne de 4mmHg la pression artérielle systolique. Diminuer sa consommation d’alcool à des niveaux raisonnables – 2 verres de vin par jour maximum - réduit la pression artérielle systolique de 4mmHg en moyenne. On peut y ajouter : ne pas fumer, surveiller son taux de cholestérol, sa glycémie… et surtout surveiller sa tension chez le médecin.

Rappelons que l’hypertension est l’une des principales causes d’attaque cérébrale, d’infarctus, d’insuffisance cardiaque ou encore d’insuffisance rénale… En adoptant l’hygiène de vie conseillée par le médecin, toute la famille pourra retarder voire éviter l’apparition d’une hypertension.

10 conseils aux hypertendus et leur famille

1) Informer son entourage proche de son hypertension peut s’avérer bénéfique pour vous et pour eux. L’hypertension artérielle n’est pas une maladie honteuse.
2) Motiver les membres de la famille à faire tous les ans une visite de contrôle
3) Adopter des habitudes alimentaires plus saines avec votre conjoint et vos enfants
4) Décider de commencer une nouvelle activité sportive en couple ou en famille
5) Solliciter, si besoin, l’aide de sa famille pour ne pas oublier la prise des médicaments
6) Demander, si nécessaire, à son conjoint une aide pour l’organisation des rendez-vous de consultation et l’achat des traitements en pharmacie
7) Impliquer, en cas de difficulté, un membre de la famille dans la mesure de la pression au domicile et la tenue du relevé de mesures.
8) Aller parfois en couple à la consultation de suivi.
9) Ecraser la dernière cigarette en famille
10) S’intéresser aux progrès scientifiques dans l’hypertension et en parler avec son médecin

« L’hypertension artérielle : une histoire de famille » : un nouveau livret d’information et de prévention pour l’hypertendu et sa famille

Quels conseils donner à ses proches quand on est hypertendu ? Quelles habitudes de vie sont bénéfiques quand on est hypertendu ? Une multitude d’informations pour expliquer l’hypertension à ses proches et dédramatiser le diagnostic d’hypertension artérielle.

Le livret gratuit est diffusé par la Maison du Coeur et la Fédération Française de Cardiologie et téléchargeable sur le site www.comitehta.org


Publié le Mardi 11 Décembre 2007 dans la rubrique Santé | Lu 6846 fois