Sommaire
Senior Actu

Histoire de l'oubli de Stefan Merrill Block : quand un jeune auteur écrit sur Alzheimer...

Stefan Merrill Block, jeune auteur américain de 26 ans, a récemment publié aux éditions Albin Michel, un ouvrage intitulé Histoire de l’oubli qui relate l’histoire d’une famille frappée de génération en génération par une forme précoce de la maladie d’Alzheimer.


Impressionnant premier roman d’un auteur de 26 ans, Histoire de l’oubli raconte, des années 50 à la fin des années 90, l’histoire d’une famille frappée de génération en génération par une forme précoce de la maladie d’Alzheimer.

Seth, un adolescent de quinze ans, conscient que ses parents lui ont toujours caché les secrets du passé familial, se lance dans une véritable enquête sur ses origines.

A quelques centaines de kilomètres de là, Abel Haggard, un vieil ermite bossu, ne vit plus que de souvenirs, attendant le retour de sa fille partie vingt-et-un ans plus tôt.

Et si la rencontre inespérée de Seth et Abel parvenait à rompre l’engrenage de la malédiction ?

Fait de tragédie mais aussi d’humour et d’espoir, un premier livre plein d’émotion.

Histoire de l'oubli

Extrait d’une interview exclusive publiée par Albin Michel :

A quel point Histoire de l’oubli trouve-t-il sa source dans votre histoire personnelle ?
Stefan Merrill Block : D’abord, je n’avais pas le projet d’écrire mon histoire personnelle ou celle de ma famille. J’ai commencé à écrire des textes très différents, pour le plaisir, alors qu’à 22 ans j’avais été envoyé comme caméraman dans un petit village loin de tout en Inde. J’ai beaucoup écrit, là-bas, surtout de la science-fiction. Puis quand je suis rentré, je n’avais pas de travail, j’ai commencé à faire des petits boulots, à filmer des mariages, ce genre de chose. Et j’écrivais, me faisant une règle de ne pas parler de moi. Mais petit à petit, mon histoire personnelle s’est imposée. Je me suis rendu compte de l’impact qu’avait eu sur moi la mort de ma grand-mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Vous viviez avec elle ?
Stefan Merrill Block : Elle est venue habiter avec ma mère quand elle est tombée malade. Moi, je suivais l’école par correspondance, et je passais le plus clair de mon temps chez moi. J’avais peu d’amis de mon âge et j’étais très proche de ma grand-mère. A mesure que le temps passait, elle a souffert de rétrogenèse (terme médical qui désigne l’inversion du développement d’un enfant). Et finalement, les rôles se sont inversés : j’ai dû m’occuper de celle qui s’était occupée de moi. Une inversion des rôles courante dans ma famille, de générations en générations. Nous avons des mémoires familiaux datant du 19e siècle dans lesquels les gens décrivent la perte de mémoire. A chaque fois que ma mère oublie mon prénom un instant, où une conversation qu’elle vient d’avoir… Nous avons peur qu’elle soit atteinte, elle aussi. J’ai donc écrit pour faire la paix avec cette chose terrible qui s’était passée dans mon enfance. Mais aussi avec l’idée que cela pouvait arriver à ma mère, et m’arriver à moi.

Diplômé de l'Université Washington à Saint-Louis, Stefan Merrill Block est né en 1982. Publié en mai 2008 aux États-Unis et en Grande Bretagne, Histoire de l’oubli est son premier roman. Il vit aujourd'hui à Brooklyn.


Publié le Jeudi 22 Janvier 2009 dans la rubrique Culture | Lu 7431 fois