Sommaire
Senior Actu

Hernie discale : le point avec l'AFC

La hernie discale, qu’est-ce que c’est ? Des cervicales aux lombaires, la colonne vertébrale est composée de vingt-quatre vertèbres mobiles. Entre elles, un disque intervertébral assure la mobilité de la structure et permet d’amortir les chocs qu’elle reçoit au quotidien. Ce disque est composé d’un anneau de cartilage fibreux et d’un noyau gélatineux. Le point avec l’Association Française de Chiropraxie (AFC).


Hernie discale :  le point avec l'AFC
Lorsque l’anneau de cartilage se fissure ou se rompt, une partie du noyau gélatineux s’insinue dans l’espace et devient alors saillant. La hernie discale est donc une saillie anormale d'une portion d'un disque intervertébral. Et elle n’est douloureuse que lorsque le point saillant comprime une racine nerveuse. La grande majorité des hernies survient dans la région lombaire, en bas du dos.
 
La hernie discale est particulièrement répandue. Elle concernerait près de 30% des individus de 20 ans pour atteindre 43% des personnes âgées de 80 ans. Parmi ces « malades », plus de 30% ne présenteraient aucune douleur. On parle alors de hernie asymptomatique.
 
Les causes de la hernie discale sont multiples : dégénérescence des disques intervertébraux, qui s’assèchent avec l’âge ; action brusque dans une mauvaise posture ; surpoids ou encore hérédité. La hernie discale est une pathologie banale.

Hernie discale :  le point avec l'AFC
Si banale soit-elle, la hernie discale gagne à être détectée et traitée, dès lors qu’elle est douloureuse. Si l’historique des douleurs et l’examen clinique pratiqué par le chiropracteur sont déterminants dans la prise en charge proposée, l’imagerie médicale apporte une confirmation utile en cas de doute sur l’origine de la douleur ou de signes de souffrance neurologique importants. Le chiropracteur est donc susceptible de demander une IRM avant de prodiguer des soins.
 
La hernie discale, pourquoi s’en inquiéter ? Selon une récente étude conduite par une équipe de chercheurs américains, 30 à 40% des adultes ne souffrant d’aucune douleur de dos présentent une hernie discale. Pourtant, chaque jour, les cabinets de chiropraxie reçoivent des patients inquiets de présenter cette pathologie, et surtout désireux d’en finir avec la douleur.
 
Par ailleurs, il convient de garder à l’esprit que le disque intervertébral est un organe très peu vascularisé. Dès lors, une hernie ne se résorbe jamais complétement. Si la hernie est bel et bien à l’origine du symptôme douloureux, les manipulations et mobilisations des articulations auxquelles procède le chiropracteur permettent de limiter la pression sur le disque et de favoriser sa vascularisation.
 
Enfin, l’attention portée par le chiropracteur à l’appareil neuromusculosquelettique dans sa globalité permet d’améliorer la stabilité du segment articulaire lésé par la hernie discale. De fait, le bon traitement est celui qui permet de grossir les rangs des 30 à 40% d’adultes présentant une hernie discale sans en souffrir !
 
Reconnue, au niveau international, par l’Organisation Mondiale de la Santé, et en France, par le code de la santé publique, la chiropraxie est remboursée par la plupart des complémentaires santé.


Publié le Mardi 3 Mai 2016 dans la rubrique Santé | Lu 1397 fois