Sommaire
Senior Actu

Grippe saisonnière : quand le cœur… se grippe !

La grippe saisonnière est de retour avec l’hiver. Dans ce contexte, la Fondation Coeur et Artères rappelle qu’en cette saison, il est très important pour les personnes particulièrement à risque cardiovasculaire (notamment les seniors et les personnes âgées), de se faire vacciner contre la grippe. Pourquoi ? Quel est le lien entre le coeur et la grippe virale ? Explications.


La grippe, élément déclencheur de crise cardiaque.

Il est connu que le nombre d’infarctus du myocarde est plus élevé l’hiver que durant le reste de l’année.

Les facteurs de risque cardiovasculaires connus (l’obésité, le diabète, etc.) n’expliquent cependant pas cette augmentation. Mais on constate principalement que l’augmentation de l’incidence des infarctus du myocarde accompagne les pics de pneumonies, de grippes et de syndrome pseudo-grippaux, particulièrement les années où l’épidémie de grippe est importante.

Cette association suggère que l’augmentation du nombre des infarctus du myocarde pourrait être autant (et peut-être plus) provoquée par la grippe, que par le froid. Plusieurs études démontrent en effet que l’épidémie de grippe saisonnière représente une véritable épidémie particulièrement chez les patients porteurs de pathologies cardiovasculaires*.

Il est certain qu’une personne ayant survécu à un infarctus, est plus sensible à la grippe. Mais, à l’inverse une grippe survenue quelques semaines avant un infarctus du myocarde peut avoir joué un rôle significatif dans son déclenchement.

Aujourd’hui, le mécanisme par lequel la grippe augmenterait le risque d’infarctus n’est pas défini ; mais il est possible que l’inflammation qu’elle engendre favorise la rupture d’une plaque d’athérome dans une artère coronaire et déclenche ainsi un infarctus du myocarde.

Les résultats d’une étude récente** ont suggéré que la vaccination antigrippale pourrait prévenir l’apparition d’infarctus du myocarde. Ils ont également montré que la vaccination antigrippale réduisait de 19% le risque de présenter un premier infarctus du myocarde.

Cette étude confirme l’intérêt de la vaccination de groupes d’individus ciblés, car les effets bénéfiques ont été plus élevés (-30%) chez les sujets dont le risque était augmenté que chez les autres (-15%).

Toutefois, l’étude suggère que la vaccination pourrait aussi avoir des effets favorables pour prévenir des infarctus du myocarde chez des personnes ne présentant pas, a priori, un risque cardiovasculaire augmenté.

La vaccination antigrippale s’annonce donc comme particulièrement conseillée pour prévenir l’apparition d’infarctus du myocarde.

*Experts AXX/AHA : La vaccination antigrippale. M. Genest, Service Cardiologie, Centre Hospitalier, Provins. Réalités cardiologiques – N°220. Octobre 2006
**Siriwardena AN. 2010, Canadian Medical Association Journal ; 182 (15), 1617-1623


Publié le Mardi 14 Février 2012 dans la rubrique Santé | Lu 2028 fois