Sommaire
Senior Actu

Grande-Bretagne - Les seniors londoniens, entre inégalités et système de soins médiocre


Lors du colloque « Vieillir dans quatre mégapoles », qui a lieu à Paris le 13 juin dernier, Maria Evendrou, chercheur à l’Institut de Gérontologie et professeur au King’s college de Londres, a dressé un tableau des inégalités entre seniors dans la capitale britannique. Elizabeth Low, chef du programme aux personnes âgées du Département de santé au Royaume-Uni, est également intervenu pour décrire le système de soins britannique et expliquer les politiques mises en œuvre.

La situation des seniors à Londres telle que nous la décrit Maria Evendrou n’est pas des plus enviables. En effet, les inégalités au sein de cette catégorie de la population sont très marquées. Des inégalités de revenus bien sûr mais aussi dans l’accès aux soins et aux services sociaux. On observe une relation très claire entre maladies de long terme et niveau de revenus. En bas de l’échelle, on trouve les minorités ethniques, très nombreuses dans la capitale britannique avec plus de 100 langues recensées. Par ailleurs 52% des personnes âgées londoniennes proviennent de ces minorités. Ces seniors ont de faibles revenus et un accès au système de soins restreint alors qu’ils sont une moins bonne santé. D’où un taux de mortalité plus élevé que la moyenne municipale.

L’intervention d’Elizabeth Low n’est pas vraiment pour égayer le tableau. La membre du Département de santé du Royaume-Uni, décrit un système de soins dont l’offre est médiocre et insuffisante. De fait, la densité médicale du centre urbain de Londres est de 36,9 pour 10 000 personnes contre 71,2 à New York, 74,5 pour Paris et 70 à Tokyo. Le système de soins s’est fortement dégradé sous Margaret Thatcher qui a privatisé à tours de bras et réduit au minimum la prise en charge publique. Par la suite, même si des mesures ont été prises pour tenter de rétablir les choses, la situation a continué de se dégrader. Ces dernières années, le système de soins britannique a encore perdu de son efficacité avec une nouvelle vague de privatisations, sur le modèle des fonds de pensions américains. Les personnes âgées pâtissent beaucoup de cette offre médicale médiocre, surtout les plus démunies.
Toutefois, afin de conclure sur une note positive, Elizabeth Low affirme que depuis la mise en évidence du manque d’efficacité du système de soins anglais par une vaste étude menée en 1997, de nombreux efforts sont faits pour redresser la barre. Notamment, un programme de partenariat entre système de soins, services sociaux et hôpitaux est développé depuis l’automne 2001 afin d’améliorer la prévention des maladies chez les personnes âgées tout en préservant leur autonomie. Il s’agit avant tout d’évaluer correctement les besoins des seniors par des sondages, des enquêtes, mais aussi une communication accrue avec les patients en hôpitaux ou maisons de retraites.


Publié le Lundi 7 Juillet 2003 dans la rubrique Social | Lu 571 fois