Sommaire
Senior Actu

Grande-Bretagne/France – Une étude britannique confirmerait le risque de cancer du sein lié aux THS


Le 9 août dernier ont été publiés les résultats d’une grande étude britannique sur les traitements hormonaux substitutifs – THS -. Cette enquête, intitulée « Million women study », confirme et précise les risques de cancer du sein associés à ce type de traitements. L’étude MWS a été menée de 1996 à 2001, auprès de plus d’un million de femmes ménopausées, âgées de 50 à 64 ans. Il en est ressorti que l’augmentation du risque de cancer serait de 12 cas supplémentaires par an pour 10 000 femmes traitées pendant cinq ans par une association d’oestroprogestative ; cette augmentation serait de trois cas de cancer du sein supplémentaires par an pour 10 000 femmes traitées pendant cinq ans par oestrogène seul. Ces données donneront lieu à une actualisation des recommandations sur le THS diffusées en janvier 2003 par l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé –Afssaps. Celle-ci procédera à la réévaluation de la balance bénéfices/risques du THS. L’Afssaps rappelle d’ores et déjà qu’avant d’initier ou de réinstaurer un THS, un examen clinique et gynécologique complet, y compris recueil des antécédents familiaux, doit être effectué et qu’un examen régulier des seins doit être pratiqué ; enfin que la balance bénéfice/risque du THS doit être établie au cas par cas et réévaluée régulièrement.


Publié le Mercredi 20 Août 2003 dans la rubrique Santé | Lu 438 fois