Sommaire
Senior Actu

Glaucome : nouvelle campagne d’information à partir de demain

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Vue, le 12 octobre prochain, la SFO (Société Française d’Ophtalmologie), le CLG (Comité de Lutte contre le Glaucome) avec le soutien du laboratoire Pfizer lancent une campagne d’information sur le glaucome, maladie oculaire qui évolue essentiellement à partir de 40 ans.


Glaucome : nouvelle campagne d’information à partir de demain
L'objectif de cette campagne (radio, presse et Internet) qui se déroulera jusqu’à fin décembre, est d'expliquer au public ce qu'est le glaucome et de l'inciter à s'informer davantage lors d'un prochain rendez-vous chez l'ophtalmologiste.

Le glaucome, maladie insidieuse de l’œil, est la deuxième cause de cécité dans le monde, après la cataracte*. En France, un million de personnes présenteraient un glaucome, or seules 650.000 sont traitées et environ 400.000 personnes ignorent qu’elles en sont atteintes**.

Qu’est-ce qu’un glaucome ?

Le glaucome est une maladie oculaire fréquente, qui évolue essentiellement à partir de 40 ans.

La forme la plus répandue, chronique et asymptomatique, est le « glaucome à angle ouvert ». Il représente 80 % des cas. Cette maladie est due à une élévation de la pression intraoculaire, qui entraîne une atteinte définitive du nerf optique et du champ visuel.

Le glaucome à angle ouvert passe longtemps inaperçu parce qu’il est le plus souvent indolore et qu’il n’entraîne pas de gêne notable au début. Il ne suscite donc pas naturellement une démarche du patient vers son médecin**.

Pourtant il s’agit d’une maladie chronique grave, qui nécessite un traitement quotidien de longue durée, en l’absence duquel, elle peut rendre aveugle**. Cette maladie de l’œil est irréversible, mais celle-ci peut être contrôlée dans la majorité des cas, si elle est prise en charge suffisamment tôt**.

Il existe également une autre forme de glaucome, beaucoup plus rare, appelé « glaucome aigu ou glaucome à angle fermé », qui entraîne une élévation brutale de la pression intraoculaire et qui nécessite une consultation ophtalmologique en urgence en raison du risque de cécité en quelques heures. .../...

À quoi est dû le glaucome ?

Le glaucome est dû à une élévation de la pression intraoculaire (PIO). Cette augmentation de la pression est la conséquence d’un écoulement difficile du liquide intraoculaire (ou humeur aqueuse) au niveau du trabéculum, filtre d’évacuation du liquide. Ce filtre s’obstrue peu à peu, ne laisse plus correctement passer l’humeur aqueuse, qui, elle, continue à être produite à l’intérieur de l’œil. L’excès de pression qui en résulte (hypertonie oculaire) comprime l’arrière de l’œil entraînant une destruction des fibres du nerf optique ayant pour conséquence un rétrécissement progressif du champ visuel pouvant mener à une cécité totale**.

Quels sont les facteurs de risques ?

L’apparition d’un glaucome est favorisée par plusieurs facteurs : une pression intraoculaire élevée ; un âge supérieur à 40 ans ; des antécédents familiaux (cas de glaucome dans la famille) ; une forte myopie ; certains troubles cardiovasculaires ou encore l’origine ethnique (notamment les personnes originaires d’Afrique noire et des Antilles)*

Comment se fait-on dépister ?

Le dépistage du glaucome est conseillé dès l’âge de 40 ans. Les examens réalisés par les ophtalmologistes sont simples, indolores et rapides : ils consistent en une mesure de la pression intraoculaire, un examen du champ visuel et un examen du fond de l’œil. En fonction des résultats, l’ophtalmologiste pourra porter son diagnostic et adapter le traitement au patient**.

Traitement du glaucome :

L’objectif du traitement est d’abaisser la pression à l’intérieur de l’œil (PIO) afin d’empêcher la progression de la maladie. Pour cela, différentes solutions existent : le traitement médicamenteux (collyres) permettant soit d’augmenter l’élimination de l’humeur aqueuse soit de réduire sa production ; le traitement par laser ou le traitement chirurgical. Comme pour toute maladie chronique, le suivi et le respect du traitement jouent un rôle essentiel pour prévenir son évolution. Il est important de ne jamais interrompre le traitement sans l’avis de l’ophtalmologiste car son arrêt favorise la remontée de la PIO et la progression du glaucome.

* Bron A. Glaucomes, Savoir utile !, Sabinus & Santé, MEDI-TEXT Editions, Paris, 2003
** Nordmann JP et Denis P. Le glaucome – guide à l’usage des patients, Editions
Médicales Bash, Paris, 2004

Questions de patients

- Ai-je usé mes yeux ?

Rien ne permet d’incriminer une utilisation importante de la vision dans l’apparition ou l’aggravation d’un glaucome.

- Des médicaments ont-ils pu provoquer mon glaucome? Y-a t-il des contre-indications médicamenteuses ?

La cortisone en collyre ou par voie générale (comprimés) peut révéler ou déclencher un glau¬come à angle ouvert chez des sujets prédisposés. Certains médicaments qui dilatent la pupille peuvent déclencher un glaucome à angle fermé chez des sujets prédisposés.

- Le glaucome est-t-il dû au tabac ? Dois-je arrêter de fumer ?

Le tabac n’est pas à l’origine du glaucome mais il peut provoquer des atteintes du nerf optique. Le tabac est aussi connu pour abîmer les vaisseaux sanguins et le nerf optique a besoin d’être bien irrigué pour bien fonctionner. Il est donc vivement recommandé d’éviter de fumer si on est atteint d’un glaucome. Il est également recommandé de lutter contre les facteurs de risque cardio-vasculaire qui altèrent les vaisseaux sanguins et donc l’irrigation du nerf optique.

- Y a-t-il un rapport entre ma tension artérielle et ma tension oculaire ?

Non il n’y a pas de rapport entre la pression intra-oculaire (qui est la pression du liquide intra-oculaire, l’humeur aqueuse) et la tension artérielle (qui est liée à la pression du sang qui coule dans les vaisseaux sanguins)

- Si je porte des lunettes, suis-je protégé contre le glaucome ?

Non, car les lunettes corrigent les troubles de la vue (myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie) mais ne protègent pas du glaucome qui est une maladie du nerf optique.

- J'ai plus de 40 ans et une très bonne vue, dois-je me faire dépister pour un glaucome ?

Oui, car seul un dépistage systématique permet de détecter et donc de traiter précocement le glaucome. D'évolution lente, le glaucome peut rester silencieux durant de nombreuses années. L'absence de symptômes est trompeuse puisque pendant ce temps, la maladie continue de progresser ; la baisse de la vision ne survient que tardivement dans l'évolution de la maladie.

- Est-ce qu'on guérit du glaucome chronique ?

Non, le glaucome chronique est responsable d'atteinte définitive du nerf optique et du champ visuel : les lésions qui touchent le nerf optique ne peuvent régresser. Le glaucome n'est donc pas une maladie réversible, mais pris en charge suffisamment tôt, il est bien contrôlé dans la majorité des cas.

- Le glaucome, est-ce une forme particulière de cataracte ?

Non, ce sont deux maladies différentes ; la cataracte est une opacification du cristallin qui entraîne une baisse de la vision réversible après intervention chirurgicale

- Est-ce que c’est contagieux ?

Non, le glaucome n’est pas dû à une infection, il n’y a donc aucun risque de contagion. Cependant, plusieurs personnes d’une même famille peuvent être atteintes en raison d’une prédisposition familiale.

- Peut-on prévenir le glaucome ?

Il n’existe pas de traitement préventif du glaucome chronique à angle ouvert. Dans certains cas, la présence de facteurs de risque incite à faire une intervention au laser : l’iridotomie (trou microscopique dans l’iris) préventive du glaucome par fermeture de l’angle.

- Puis-je voyager ? Prendre l’avion ?

Les voyages sont permis. Il n’existe pas de danger à prendre l’avion ou un autre moyen de transport.

- Puis-je faire du sport ?

Si vous n’avez pas été opéré, oui. La seule restriction dépend de l’état de votre acuité visuelle et de votre champ visuel. Si vous avez été opéré, la pratique d’une activité sportive est déconseillée durant le mois qui suit l’opération et dépend du type de sport.

- Mes yeux sont-ils plus fragiles ?

Le glaucome ne fragilise pas les yeux. Cependant, si vous avez été opéré, il faut être plus attentif et consulter rapidement en cas d’infection oculaire.

- Puis-je continuer à porter des lentilles de contact ?

Oui, mais il faut instiller les collyres après avoir ôté vos lentilles de contact et ne remettre celles-ci qu’après un délai minimum de 15 minutes.

- Puis-je continuer à me maquiller ?

Oui, le maquillage des cils et des paupières n’a pas d’incidence sur le glaucome.

- Dois-je prendre des précautions pour lire, regarder la TV, travailler sur ordinateur ?

Non, il n’y a pas de précaution particulière pour lire. Se servir de ses yeux ne fait pas augmenter la pression intra-oculaire et n’aggrave donc pas un glaucome.

- Dois-je me protéger du soleil, de l’eau des piscines, des risques de poussières ?

Si vous avez été opéré, il faut éviter les infections oculaires qui peuvent être banales sur un œil non opéré mais beaucoup plus graves sur un œil ayant bénéficié d’une chirurgie. Il n’y a cependant pas de contre-indication à se baigner une fois passée une période post-opératoire d’un mois environ.

- J’oublie régulièrement de mettre mon collyre anti-glaucomateux car je n’ai pas mal aux yeux : est-ce que cela a une importance sur l’évolution de mon glaucome ?

Oui, car le glaucome est une maladie indolore qui évolue sans que vous ne vous en rendiez compte. L’arrêt ou l’oubli du traitement favorise la remontée de la pression intra-oculaire (PIO) et donc la progression du glaucome. Afin d’être efficace, le traitement doit donc être régulier et bien suivi.
 


Publié le Mercredi 11 Octobre 2006 dans la rubrique Santé | Lu 10536 fois