Sommaire
Senior Actu

Gde-Bretagne - Un nouveau rapport dévoile l'abus d'antipsychotiques dans les résidences médicalisées


Un nouveau rapport publié par le « Liberal Democrat Shadow Secretary of State for Health » (cabinet libéral démocrate du secrétariat à la Santé) fait état d'une situation alarmiste. Plus de 22 000 personnes âgées placées dans des résidences médicalisées seraient contraintes de prendre des antipsychotiques sans raison médicale. 32 000 autres seraient susceptibles de subir le même traitement. Une première étude avait déjà mesuré une augmentation de 6,2% des prescriptions de médicaments antipsychotiques entre 1999 et 2002. Depuis, 129 000 autres sont venues s'y ajouter. Cette pratique permettrait au personnel des résidences médicalisées de « gérer » plus facilement leurs résidents.

Une attitude qualifiée d'inadmissible par Paul Burstow, membre du Parlement britannique, qui voit en cet acte un déni de la dignité des personnes et surtout des risques d'accidents mortels. Pour y remédier, ce dernier propose entre autres d'accentuer les contrôles et de considérer cette pratique comme un acte de négligence sur une personne vulnérable, et donc passible d'une peine de prison. Les résidences ont d'ores et déjà reçu l'injonction d'enregistrer individuellement les prescriptions médicamenteuses afin de faciliter les contrôles. Une attaque, mal vécue par les institutions concernées. Elles rejettent d’ailleurs cette faute sur les médecins, seuls à engager leur responsabilité lorsqu'ils prescrivent une ordonnance et seraient donc aussi les seuls à mettre en cause et à incriminer.



Publié le Lundi 10 Novembre 2003 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 427 fois